Mali: Concertations nationales au pays

Ouverture des concertations nationales sur la transition politique au Mali, ce samedi 5 septembre 2020.
6 Septembre 2020
analyse

Va-t-on trouver le remède miracle ?

Après les Etats généraux de la décentralisation organisés du 21 au 23 octobre 2013, la Conférence d'entente nationale tenue du 27 mars au 2 avril 2017 et le Dialogue national inclusif du 14 au 22 décembre 2019, les Maliens de tous bords se retrouvent encore une fois au Centre international de conférences de Bamako pour auditer l'histoire récente de leur pays afin de dessiner les contours institutionnels, constitutionnels et dans bien d'autres domaines susceptibles de remettre le Mali à flots.

Ces nouvelles assises nationales convoquées par la junte et prévues pour durer une semaine (du 5 au 12 septembre), auront pour objectifs de mieux asseoir la légitimité et la stabilité des institutions et, subséquemment, de mettre fin aux crises répétitives toujours nées du profond dysfonctionnement de la gouvernance publique. Cette fois-ci au moins, on espère que ces concertations nationales ne seront pas comme les précédentes, c'est-à-dire toujours commencées mais jamais menées à terme, d'autant que l'unanimité semble faite sur la profondeur de la crise actuelle, de même que sur les solutions à y apporter.

La communauté internationale et la démocratie s'accommodent mal du pouvoir kaki

Mais une chose est de faire le bon diagnostic, une autre chose plus difficile est de trouver dans ce pays en déliquescence, les hommes crédibles susceptibles de se mettre au-dessus des intérêts partisans pour débarrasser le Mali de cette image détestable de « mouton noir » du Sahel. Si les militaires putschistes peuvent a priori avoir le profil de l'emploi, n'oublions pas que la communauté internationale et la démocratie s'accommodent mal du pouvoir kaki, surtout quand on sait qu'en Afrique, un militaire sur deux arrivé au pouvoir par la force mais avec des préjugés favorables, a fini par devenir un dictateur de la pire espèce. Les colonels de Kati auraient peut-être bénéficié d'une certaine bienveillance de l'opinion publique malienne et même de la communauté internationale dans leurs velléités de conduire la transition, s'ils n'avaient pas fait preuve de dilettantisme et de gestion tâtonneuse depuis qu'ils ont arraché le gouvernail des mains de Ibrahim Boubacar Kéita (IBK), le 18 août dernier.

Du côté des hommes politiques, il est plus facile de boire toute l'eau du Djoliba que de trouver un homme fiable aux yeux des Maliens, car tous, à quelques très rares exceptions près, sont d'une manière ou d'une autre comptables des bilans désastreux de IBK et de ses prédécesseurs. Il n'y a peut-être que de la société civile que pourrait venir l'oiseau rare. Mais encore faut-il qu'il soit adoubé au moins par les héros du 18 août que sont les putschistes et le M5 qui, à défaut de gérer cette transition, voudront au moins la contrôler. C'est possible que les assises en cours sécrètent, pour ainsi dire, des recommandations hardies et salvatrices pour le Mali, et débouchent sur un consensus par rapport aux profils des futurs dirigeants du pays. Mais la qualité du casting, pour importante qu'elle puisse être, ne saurait sortir ce beau pays de cette terrible crise tant que les acteurs, tous bords confondus, ne se donnent pas la main pour viser et atteindre l'objectif commun : celui d'un Mali sans corruption, sans népotisme, sans terrorisme et sans communautarisme exclusif.

La triste fin de règne de IBK est en elle-même un avertissement sans frais pour ceux qui aspirent à diriger le Mali

Il va falloir aux responsables qui sortiront des conciliabules en cours, plus de réalisme mais aussi et surtout plus de rigueur dans la gouvernance du pays, et éviter les discours martiaux et inutilement surabondants que IBK a débités au début de son premier mandat juste pour bénéficier du soutien et de l'accompagnement de ses compatriotes. La preuve a été faite, en effet, par l'ancien président, qu'il ne suffit pas d'être Sorbonnard, descendant du grand guerrier Soundiata Kéita ou arrière-petit-fils d'un soldat malien tué dans les tranchées de Verdun, pour trouver des recettes miracles à même de juguler une crise d'une si grande ampleur . En tout état de cause, IBK l'a appris à ses dépens, et on imagine aujourd'hui les regrets de ce septuagénaire vomi et malade, dont les 7 ans de pouvoir ont été une véritable catastrophe pour son pays en termes de sécurité et de bonne gouvernance.

C'est peut-être cette amertume qui a provoqué ou précipité le court accident vasculaire cérébral qui l'a conduit d'abord à la clinique Pasteur de Bamako et depuis samedi dernier, aux Emirats arabes unis pour des soins complémentaires. Cette triste fin de règne est en elle-même un avertissement sans frais pour ceux qui aspirent à diriger le Mali pendant la transition et même après, tout en leur rappelant que pour ramener la paix sociale et la sécurité, il faut certes préparer la guerre, mais surtout avoir l'onction du peuple qui est, dans une démocratie normale, le détenteur de tous les pouvoirs. C'est à cette condition que le gouvernement qui sera mis en place à l'issue des concertations, pourra mettre un terme à la crise sécuritaire et à l'hécatombe au Nord et au Centre du pays, où au cours de la semaine dernière, dix militaires maliens et deux soldats français du régiment de hussards parachutistes, ont rejoint, dans le sacrifice ultime, des centaines de leurs collègues déjà tombés sous les balles assassines des terroristes.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.