Mali: Le pays entame les discussions sur sa transition

Ouverture des concertations nationales sur la transition politique au Mali, ce samedi 5 septembre 2020.
7 Septembre 2020

La première phase des concertations nationales s'est tenue ce week-end en préparation des assises du 10 au 12 septembre. Le CNSP veut dégager au plus vite une feuille de route en vue de la transition politique.

Ces travaux d'élaboration de la feuille de route de la transition ont enregistré la présence des partis politiques, des organisations de la société civile ou encore des groupes armés. Maïga Hadeye Maiga est la présidente nationale des mouvements armés de la plateforme (groupe d'auto-défense):

"Rien ne vaut la paix. Nous ne voulons qu'un Mali debout. Nous sommes ici pour l'entente et la cohésion sociale. Donc étant des actrices principales, nous sommes obligées d'être ici pour jouer notre rôle d'actrices principales parce que nous sommes des mamans, nous sommes des sœurs, nous sommes les premières victimes des crises. Nous avons donc besoin d'un Mali uni et soudé."

Les ex-rebelles de la CMA absents des préparatifs

De leur côté, les ex-rebelles de la CMA (Coalition des Mouvements de l'Azawad) ont décidé de ne pas prendre part aux travaux. Ils justifient leur absence par "l'impréparation de ces concertations nationales" et souhaitent ainsi avoir des échanges directs avec les meneurs du coup d'État du 18 août avant toute participation à des discussions en vue d'un retour à l'ordre constitutionnel normal.

Le retour dans les meilleurs délais aux normes démocratiques, c'est également le vœu que formule Malick Diaw, le premier vice-président du CNSP (Comité National pour le Salut du Peuple) :

"L'agenda du Comité National pour le Salut du Peuple est donc clair et précis. Il s'agit de la reconstruction de notre pays à travers la garantie de la poursuite du processus démocratique. Cela passe forcément par des réformes audacieuses et profondes."

De multiples crises à résoudre

Les crises scolaires, sanitaires et économiques, l'incivisme, le chômage des jeunes, l'impunité, l'exode rural, la non satisfaction des revendications des partenaires sociaux ou encore le déficit de communication entre les gouvernants et le peuple.

Voici quelques causes énumérées par les délégués à l'issue des travaux qui seraient à l'origine de la crise que traverse le mali actuellement et qui devraient faire l'objet de réflexion lors des concertations nationales sur la transition qui s'ouvrent ce jeudi (10.09).

Ceux-ci recommandent par ailleurs de retenir, parmi les thèmes à débattre, la révision constitutionnelle.

Le Mali au menu du sommet de la Cédéao

Les chefs d'Etats de la Cédéao se réunissent en sommet ce lundi (07.09) à Niamey pour un ordre du jour essentiellement consacré au Mali. Ils avaient réclamé à la junte de permettre des soins à l'étranger de l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé le 18 août, et imposé des sanctions aux nouveaux dirigeants militaires, en accord avec la communauté internationale.

L'ex-président, hospitalisé mardi (01.09) après un court AVC, a quitté Bamako samedi soir pour les Emirats arabes unis à bord d'un vol spécial. Selon un communiqué par le colonel Malick Diaw, l'organisation sous-régionale s'est engagée à "assurer le retour de l'ancien président aussitôt après son séjour médical" autorisé pour un délai d'un mois, extensible à trois mois sur avis médical.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X