Kenya: Le vice-président dans la tourmente du scandale de corruption lié au Covid

Des responsables politiques et hommes d'affaire dans la tourmente suite à l'enquête sur le détournement présumé des fonds destinés à lutter contre le coronavirus. Plusieurs officiels ont été auditionnés cette semaine devant le Parlement.

400 millions de dollars de fournitures médicales essentielles auraient été dérobés. Le vice-président William Ruto pourrait également être entendu dans cette affaire. C'est ce qu'exigent en tout cas des politiques kényans.

C'est le chef du parti au pouvoir, David Murathe, qui a lâché cette bombe lors d'une interview accordée aux médias locaux. Il appelle la commission d'éthique et de lutte contre la corruption à auditionner le vice-président du Kenya lui-même, William Ruto.

Selon lui, l'homme entretiendrait des liens étroits avec la société citée au cœur de l'enquête sur le détournement des fonds destinés à lutter contre le coronavirus. William Ruto n'en est pas à sa première affaire de corruption, considéré par les Kényans, selon un sondage, comme l'un des hommes politiques le plus corrompu du pays.

Depuis plusieurs semaines, l'affaire ébranle la population. Des manifestations éclatent dans les grandes villes et les médecins des hôpitaux publics sont en grève, scandalisés alors que beaucoup d'établissements souffrent d'un manque de matériel médical pour faire face à l'afflux de malade.

L'enquête ordonnée par le président Kenyatta se concentre particulièrement sur la KEMSA, l'Agence kényane de fourniture médicale chargée de l'approvisionnement des hôpitaux. 400 millions de dollars de matériels auraient disparus ainsi qu'une partie du don offert par le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.