Afrique de l'Ouest: La situation au Mali au cœur du 57e sommet de la Cédéao à Niamey

Salle plénière du Centre international de conférence de Bamako (CICB) lors de la première journée de concertation nationale, le samedi 5 septembre 2020.

Les chefs d'État de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest se réunissent ce lundi 7 septembre à Niamey. La rencontre sera consacrée à la situation politique et sécuritaire de la région. Et parmi les dossiers, le Mali. La Cédéao a suspendu le Mali de toutes les instances de l'organisation sous-régionale depuis le coup d'état du 18 août. Le pays est en partie sous embargo. Quel est l'état d'esprit de la Cédéao sur le dossier malien avant ce sommet ?

« Nous voulons aider le peuple frère du Mali, et non l'asphyxier », explique un responsable de l'instance dirigeante de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest. A Niamey à partir de ce lundi les chefs d'Etat des pays membres de la Cédeao vont prendre acte et se féliciter du départ de l'ancien président IBK pour des soins aux Emirats arabes Unies. Un point en faveur de la junte.

La tenue des concertations nationales dont le premier round vient de se terminer sur le territoire malien, est également considéré comme un geste de bonne volonté de la junte. Le président ivoirien Allassane Ouattara a eu ce week-end un entretien téléphonique avec le chef de la junte le colonel Assimi Goïta. La transition a été notamment évoquée par les deux hommes. L'entretien se serait bien passé.

V-at-on à Niamey alléger l'embargo contre le Mali ou le durcir ? « Il appartient aux chefs d'Etat de décider » explique notre interlocuteur. L'embargo sur les flux financiers pourrait être allégé. Mais si la position de la Cédéao doit radicalement changer, il faut « que la junte accepte une transition de pas plus de 12 mois, un président et un Premier ministre de transition civile », explique une autre source au sein de la Cédéao. Il n'est pas exclu qu'une délégation de la Cédéao revienne rapidement à Bamako.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.