Burkina Faso: Inondations à Ouagadougou - Une femme enceinte emportée par les eaux

6 Septembre 2020

La pluie diluvienne tombée, le samedi 5 septembre 2020, a fait beaucoup de dégâts dans la capitale burkinabè. Dans l'arrondissement n°4, une femme enceinte a perdu la vie.

Balkissa Derra n'aura plus la chance de connaître la joie d'être mère. La forte pluie du samedi 5 septembre 2020 dernier, qui s'est abattue sur Ouagadougou, tôt le matin, aux environs de 5 h lui a été fatale. Elle a été emportée par les eaux de pluie, à la suite d'une glissade, dans le caniveau situé devant sa concession familiale.

Chez la famille Derra, sise dans l'arrondissement n°4 de Ouagadougou, c'était la consternation. Les visages tristes en disaient long sur le malheur qui frappe la famille.

Témoin oculaire du drame, El Hadj Ousmane Traoré raconte : « A mon retour de la prière de l'aube, j'ai constaté que toutes les cours étaient inondées. Lorsque, je suis ressorti de chez moi, j'ai vu la dame qui tentait de récupérer le charbon qu'elle commercialise que l'eau emportait.

Il y avait une planche de fortune que la famille avait placée pour recouvrir le caniveau. Malheureusement, elle ne savait pas que l'eau l'avait emportée. Lorsqu'elle a mis le pied, elle est tombée dans le caniveau », raconte-t-il.

Parti à sa rescousse, M. Traoré a failli être emporté, lui aussi, par les eaux. « Ce sont les gens qui m'ont saisi par le col de mon vêtement pour me sauver. Sinon, j'allais aussi perdre la vie », explique-t-il.

Très remonté, il déplore le fait que les caniveaux sont construits sans qu'ils ne soient couverts par des dalots. « Lorsque tu te plains, on te dit d'acheter toi-même des dalots pour recouvrir les caniveaux.

Si, ces derniers étaient recouverts, la dame n'allait pas perdre la vie», se plaint-il. Après plusieurs heures de recherches, le corps sans vie de Balkissa Derra est retrouvé, vers 12H30, à plus de deux kilomètres du lieu du drame par les sapeurs-pompiers.

Balkissa Derra est tombée dans ce caniveau non couvert.

Le maire de l'arrondissement n°4 de Ouagadougou, Anatole Bonkoungou et une délégation de la mairie de Ouagadougou sont venus apporter sa compassion à la famille éplorée. « Nous demandons aux populations d'observer la prudence. Nous avons été sollicités pour la construction des caniveaux pour faire passer les eaux.

La mairie a travaillé pour les construire. Une autre préoccupation, c'est de les fermer pour éviter qu'ils soient à ciel ouvert. Du coup, on ne peut pas régler cette question. Il faut que les riverains observent la prudence », plaide le maire de l'arrondissement n°4 de Ouagadougou.

Après la famille Derra, une équipe des services techniques municipaux de la mairie de Ouagadougou, sillonne quelques recoins de l'arrondissement n°4 pour constater les dégâts causés par la pluie.

Plusieurs dégâts

A l'Hôtel Dragon sis à proximité du barrage n°3 de Tanghin, toute la cour est inondée par les eaux. Les sapeurs- pompiers s'attellent à des recherches dans les eaux. Que cherchent-ils ? Interrogés, ils ne pipent pas mots.

Selon des témoignages, ils sont à la recherche du corps d'une personne qui a perdu la vie par noyade. Après l'Hôtel Dragon, le cap est mis sur l'intersection, mairie de Nongr Massom-Parc Bangr weogo-hôtel Silmandé.

Là-bas, les eaux ont envahi le bitume. La cour de la mairie d'arrondissement, les maquis, kiosques... sont tous sous les eaux.

Impossible de pénétrer dans la mairie. A l'hôtel Silmandé, la cour arrière est traversée par les eaux pour regagner le bitume. Face à la furie des eaux, certains usagers, en véhicule ou à moto rebroussent chemin. D'autres, « plus courageux » défient les

eaux en tentant de forcer le passage. Des riverains par contre essaient de proposer leurs services aux usagers en les aidant à traverser les eaux moyennant une somme d'argent. «Somgandé, Toukin, Nioko, les zones non loties... il y a eu des dégâts », affirme le maire, Anatole Bonkoungou.

Sorti aussi pour constater les dégâts, le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, séance tenante, donne des instructions pour déguerpir les occupations anarchiques à proximité de la mairie de l'arrondissement n°4, car empêchant les eaux de suivre leurs cours normaux.

« Ce sont des pluies exceptionnelles annoncées par la météo », souligne-t-il. Pour anticiper les dégâts, il dit que la mairie a opté de sensibiliser pour que les populations quittent les zones inondables.

Les sapeurs-pompiers en pleine recherche d'éventuelles victimes des inondations.

Le maire Béouindé indique aussi que les principaux caniveaux de la ville ont été curés. Cependant, reconnaît M. Béouindé, les caniveaux sont construits pour contenir une certaine quantité d'eau et l'intensité de la pluie, en si peu de temps, a drainé eaux qui les ont débordé.

Même, le barrage de rétention est à la limite de la rupture, déplore-t-il. Comme solution, il affirme que les voies d'eau seront au maximum dégagées pour que les pluies qui sont annoncées encore par la météo créent le moins de dégâts possibles pour les habitants.

Du pont Anayélé au rond-point de Kossodo, le constat des bourgmestres, Béouindé et Bonkoungou est le même. La ville déborde d'eau. «Entre 2016 et aujourd'hui, les parties de la ville qui s'inondent se réduisent de plus en plus.

Cela est dû aux travaux qui sont faits. Si, vous prenez des quartiers comme Polesgo... ils étaient tous inondés. A cause des travaux de voirie et d'assainissement, ils sont hors d'eau, de même que l'hôpital Yalgado qui était inondé toutes les années », lance-t-il.

Selon le maire de Ouagadougou, des études complémentaires sont en train d'être faites pour mettre ces zones hors de portée d'eau. Dans la foulée, il annonce, dès le mois d'octobre, divers travaux de réfection, dont celui du canal principal, exutoire de la ville et qui traverse le parc Bangr wéogo...

Toutefois, il déplore la perte en vie humaine enregistrée à cause de la pluie. «Beaucoup de caniveaux n'ont pas de couvertures, car le premier souci des investissements est de faire de l'assainissement pour mettre les quartiers hors d'eau.

Une fois que vous voulez couvrir tous les caniveaux, vous doublez, voire triplez le budget de ces travaux d'assainissement », estime-t-il.

Mais, des instructions sont en train d'être données pour que cette question soit prise en compte dans le budget de la commune, informe Armand Béouindé. « Aujourd'hui, nous avons assaini les quartiers.

Mais, il y a un problème de sécurité qui se pose avec ces caniveaux qui ne sont pas couverts. Petit à petit nous allons résorber ce problème », promet le maire de Ouagadougou. Par ailleurs, il confie que des sinistrés ont été aussi enregistrés dans les l'arrondissement nos3 et 4.

« Ils ont été logés dans des abris temporaires dans les écoles. Nous allons aussi leur apporter des vivres. Très rapidement, ils vont rejoindre d'autres logements, où ils seront à l'abri », indique le maire.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.