Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du ‎point presse sur la Covid-19 ̶ 4 septembre 2020

document

Bonjour, bon après-midi et bonsoir.

Hier, j'ai eu l'honneur de pouvoir m'adresser aux ministres des affaires étrangères des pays du G20.

La discussion a porté essentiellement sur la façon dont nous pouvons ensemble reprendre les activités au sein des sociétés, relancer les économies et rouvrir les frontières.

L'OMS soutient sans réserve cet objectif.

Les mesures de confinement sont dures et pèsent lourdement sur de nombreux pays.

L'association judicieuse de mesures ciblées et adaptées permettra d'éviter la mise en place de mesures supplémentaires de confinement dans les pays.

Plusieurs pays utilisent une approche axée sur les données pour mener une action ciblée.

Cette approche leur permet de reprendre les activités avec prudence et en toute sécurité, tout en restant prêts à agir rapidement face à tout nouveau groupe de cas ou événements ayant un effet d'amplification.

Permettez-moi une fois de plus de réitérer les quatre priorités sur lesquelles nous exhortons les pays à se concentrer :

Prévenir les événements ayant un effet d'amplification.

Doter les personnes des moyens de se protéger et de protéger les autres.

Mettre l'accent sur les principes essentiels en matière de santé publique.

Et protéger les personnes vulnérables, notamment les personnes âgées ou présentant des affections sous-jacentes.

===

La COVID-19 s'est attaquée aux personnes atteintes de maladies non transmissibles (MNT) telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète et les maladies respiratoires.

À l'échelle mondiale, les MNT et leurs facteurs de risque augmentent la vulnérabilité à l'infection à COVID-19 et la probabilité d'une évolution plus grave de la maladie, y compris chez les jeunes.

Les probabilités de développer une forme grave de la COVID-19 se sont avérées jusqu'à sept fois plus élevées chez les patients atteints d'obésité.

La probabilité de développer des complications graves est une fois et demie plus importante chez les fumeurs.

Par ailleurs, une revue systématique a montré que les personnes souffrant de diabète sont deux à quatre fois plus susceptibles d'avoir des symptômes graves de la maladie ou d'en mourir.

La pandémie a mis en lumière combien il est urgent de lutter contre les MNT et leurs facteurs de risque.

La semaine prochaine nous célébrerons la Semaine mondiale pour l'action mondiale dans le domaine des MNT, qui vise à mieux responsabiliser les pouvoirs publics, les décideurs, les industries, le milieu universitaire et la société civile afin de réduire le fardeau que constituent les MNT à l'échelle mondiale, d'améliorer la santé et d'accroître l'égalité.

Aujourd'hui, je suis heureux de lancer un ensemble de publications qui ont été élaborées dans le cadre de l'Équipe spéciale interorganisations des Nations Unies pour la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles et appellent à une action urgente contre les MNT pendant de la pandémie et au-delà.

Premièrement, nous lançons un appel pour que les personnes atteintes de MNT prennent part à toutes les discussions sur les politiques qui les touchent directement.

Deuxièmement, nous recommandons que les instruments de financement mondiaux soient étendus aux pays à revenu faible qui demandent un soutien en matière de lutte contre les MNT.

Et enfin troisièmement, nous appelons à un partenariat de dialogue constructif avec le secteur privé.

===

tant donné que les personnes atteintes de MNT sont exposées à un risque élevé de contracter la forme grave de la maladie, le fait de trouver des traitements efficaces pour ces patients constitue une priorité majeure.

Plus tôt cette semaine, l'OMS a publié de nouvelles lignes directrices sur l'utilisation de corticostéroïdes dans le traitement des patients atteints de la forme grave de la COVID-19.

Selon les données disponibles les corticostéroïdes permettent de sauver des vies lorsqu'ils sont utilisés chez des patients sous oxygène et placés sous respirateur.

Toutefois, les corticostéroïdes ne sont pas efficaces chez les patients atteints de la forme bénigne ou modérée de la maladie et peuvent être nocifs.

Par conséquent, l'OMS recommande l'utilisation de corticostéroïdes uniquement chez les patients dans un état grave ou critique.

Ces lignes directrices associent les normes scientifiques les plus élevées à l'urgence nécessaire pour faire face à cette pandémie.

===

Une partie importante des activités de l'OMS consiste à fournir des conseils sur les traitements, les produits de diagnostic et les vaccins.

Assurer l'accès à ces produits en est une autre.

Au cours des prochains mois, nous espérons tous recevoir de bonnes nouvelles concernant un vaccin contre la COVID-19.

Cependant, si nous développons un vaccin efficace et à quel moment, il nous faudra également l'utiliser efficacement.

Avec le temps, à mesure que la production augmentera, nous souhaitons que chacun, dans le monde entier, ait un accès aux vaccins.

Mais dans un premier temps, lorsque l'offre est limitée, la priorité doit être accordée à la vaccination des travailleurs essentiels et des personnes les plus à risque, y compris les personnes âgées et celles qui souffrent de maladies sous-jacentes.

En d'autres termes, la priorité doit être de vacciner certaines personnes dans tous les pays, plutôt que toutes les personnes dans certains pays.

Il s'agit non seulement d'un impératif moral et de santé publique, mais aussi un impératif économique.

Dans notre monde interconnecté, si les populations des pays à revenu faible ou intermédiaire ne bénéficient pas de vaccins, le virus continuera de faire des victimes et la relance économique mondiale sera retardée.

Il est donc dans l'intérêt de chaque pays d'utiliser les vaccins en tant que bien public mondial.

En matière de vaccins, le nationalisme ne fera que prolonger la pandémie et non pas réduire sa durée.

Le Mécanisme COVAX est le mécanisme international convenu pour garantir un accès mondial équitable aux vaccins. C'est la solidarité dans l'action.

Le Mécanisme COVAX garantit l'accès au plus large éventail de vaccins candidats au monde.

Notre partenaire, la Coalition pour l'innovation en vue de la préparation aux épidémies (CEPI), fournit un soutien dans le cadre du développement de neuf vaccins candidats qui seront mis à la disposition du Mécanisme s'ils s'avèrent efficaces, dont sept sont actuellement au stade d'essais cliniques.

Nous examinons également quatre autres vaccins prometteurs.

Neuf autres vaccins candidats aux premiers stades de développement sont en cours d'évaluation en vue d'être intégré au Mécanisme.

Nous sommes ravis du fait que 78 pays et économies à revenu élevé ou à revenu intermédiaire de la tranche supérieure ont confirmé qu'ils participeraient au Mécanisme COVAX, et que ce nombre augmente. J'invite instamment les pays qui ne participent pas encore au Mécanisme à le faire d'ici le 18 septembre.

Je souhaiterais remercier les pays et les économies qui ont annoncé publiquement cette semaine participer au Mécanisme, à savoir l'Allemagne, le Japon, la Norvège et la Commission européenne.

Bien entendu, beaucoup d'autres pays y participent déjà et nous nous réjouissons de pouvoir partager la liste complète en temps voulu.

===

Si nous sommes toujours confrontés à de nombreux défis, l'OMS estime encourageants les progrès réalisés contre ce nouveau virus en huit mois.

Grâce à l'unité nationale et à la solidarité mondiale, nous serons en mesure de mettre fin à cette pandémie et y nous parviendrons.

Permettez-moi de le répéter : grâce à l'unité nationale et à la solidarité mondiale, nous serons en mesure de mettre fin à cette pandémie et nous y parviendrons.

Je vous remercie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.