Cote d'Ivoire: Saison culturelle 2020-2021 - L'Institut Français fait sa rentrée sur fond de résistance et de résilience face à la Covid-19

7 Septembre 2020

C'est la rentrée à l'Institut Français de Côte d'Ivoire. L'IFCI a lancé, le vendredi 4 septembre dernier, sa saison culturelle 2020-2021, autour du thème : « Restons debout !». Pour ce nouvel exercice, l'institution entend, selon ses responsables, rester stoïque face la pandémie de Covid-19, qui a tronqué le précédent ; laissant ainsi un goût d'inachevé.

« Cette saison est celle de la résistance et de la résilience, car nous sommes tous appelés à rester debout, pour apprendre ensemble dans ce "monde d'après" qui change chaque jour davantage.

Restons passionnés, en donnant toute leur place aux spectacles et aux artistes, notamment Ivoiriens, pour les aider à se relever », a expliqué M. Zié Coulibaly, Directeur délégué, au cours d'une conférence de presse, premier acte de cette soirée de rentrée, dans le hall de l'Institut, au Plateau.

Selon lui, l'IFCI restera dans l'action en savourant des expériences de cinéma inédites dans une salle désormais numérisée et avec une programmation plus dense et actuelle, au cours de laquelle les rencontres avec les réalisateurs et équipes de films seront favorisées.

De même, l'IFCI prendra part, à en croire Zié Coulibaly, à «de nouvelles formes de débat d'idées, pensées autour de sujets sociétaux majeurs pour lesquels chacun a le droit de donner son avis».

Tout comme il restera connecté en alliant le numérique au livre, à l'apprentissage de la langue française et plus largement à notre façon désormais de vivre les cultures.

«En 2020-2021, restons debout mais surtout prenons plaisir être ensemble», a insisté Zié Coulibaly. De son côté, M. Patrice Thévier, Conseiller de coopération et d'action culturelle et Directeur de l'Institut Français, a dit la joie de sa structure de reprendre toutes ses activités. « On fera de la danse, du cinéma avec plus de séances et nous recevrons des acteurs.

Une place importante sera accordée au livre et au numérique. On va continuer de faire des débats d'idée mais sous forme de causerie pour une meilleure interactivité avec le public.

Nous sommes ouverts à partir du lundi (ndlr, aujourd'hui 7 septembre 2020). On est débout et on va rester debout durant toute l'année 2020-2021», a-t-il ajouté.

Concrètement l'ICI propose, pour cette saison, une programmation articulée autour de quatre axes forts à savoir la danse (une large diffusion de cette discipline est prévue avec en toile de fond le spectacle 2147 de Moïse Touré qui sera présenté au printemps), le livre et le numérique (ouverture d'un espace numérique dans sa bibliothèque et la mise en ligne intégrale de ses collections), le cinéma et les débats d'idées qui pousseront la réflexion entre autres sur les masculinités, l'urbanisme, la francophonie et la décolonisation de la pensée.

Au titre des grands événements, l'IFCI accueillera la première Micro Folie d'Afrique de l'ouest, un musée numérique nomade imaginé avec La Villette (novembre) ; la Nuit des idées (janvier) ; les Journées de la femme (mars) ; les Rencontres interculturelles du Cirque d'Abidjan-RICA (mars) ; la Semaine des cultures francophones (mars) ; la représentation de la pièce de théâtre intitulée « La fille du bistrot » (septembre) ; les apéros culturels reggae et zouglou ( septembre et octobre) ; le festival Babi Slam (octobre) ; les cafés littéraires et activités jeunesse (octobre) ou encore «Made in Côte d'Ivoire » (octobre) qui mettra en lumière les richesses du patrimoine dansé ivoirien.

Les axes forts et thématiques de la saison ont été déclinés en quelques visuels conçus, et présentés, au cours de cette cérémonie, par leur créateur l'artiste Pierre Michel Pango, alias Pimii.

Cette rentrée culturelle de l'IFCI s'est achevée par la présentation du spectacle de danse contemporaine «Faro Faro» de la compagnie N'Soleh, créée et dirigée par le chorégraphe Massidi Adiatou.

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.