Mali: Reprise du procès du jihadiste Al-Hassan à la Haye

Al Hassan lors de sa première comparution devant la Cour pénale internationale le 4 avril 2018

Le procès du djihadiste malien Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud reprend, ce mardi 8 septembre, à la Haye. Il est jugé à la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. On l'accuse d'avoir « tyrannisé », selon l'accusation, les habitants de Tombouctou pendant l'occupation djihadiste, en 2012. Après deux jours d'audience, en ouverture le 14 et le 15 juillet, l'ex-commissaire de la police islamique de Tombouctou sera de nouveau face aux juges de la CPI.

C'est la procureure qui devrait ouvrir l'audience. Elle présentera ses preuves et appellera ses premiers témoins, indique la Cour pénale internationale, même si la pandémie de Covid-19 complique leur audition.

Pour Fatou Bensouda, l'homme qui est jugé ce mardi 8 septembre était « l'âme pensante et agissante » de la police islamique de Tombouctou, en 2012, pendant l'occupation de la ville par Aqmi [Al-Qaïda au Maghreb islamique] et Ansar Dine, deux organisations terroristes.

Ancien phamacien vétérinaire

Al-Hassan aurait mené des patrouilles pour faire respecter la charia. Il aurait aussi appliqué les décisions du tribunal islamique en infligeant lui-même des coups de fouet ou d'autres traitements violents, toujours selon l'accusation. Torture, mariages forcés, esclavage sexuel, viols, persécutions : au total, 13 chefs d'accusation sont retenus contre celui qui était, au départ, un pharmacien vétérinaire.

Al-Hassan était-il vraiment l'un des cerveaux de l'occupation à Tombouctou ? Ou bien était-il un exécutant, comme l'affirment certains observateurs ? Le juge islamique de l'époque, le tout-puissant Houka Houka, n'a jamais été jugé. Après une incarcération de quelques mois, il n'est désormais plus inquiété, même s'il a été placé sous sanctions de l'ONU, l'année dernière, avec interdiction de voyager. Il est aujourd'hui directeur d'école et continue d'appliquer la charia, dans la zone de Zouera, dans le nord du Mali.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.