Afrique: Une industrie pharmaceutique africaine pour répondre aux besoins du continent ?

Pourquoi l'Afrique ne fabriquerait-elle pas les médicaments dont elle a besoin ?

COVID-19 a mis en évidence l'insuffisance des capacités de l'Afrique à fabriquer et à fournir les médicaments essentiels et les équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires à enrayer la pandémie.

Bien que les produits pharmaceutiques soient actuellement fabriqués dans des pays comme l'Afrique du Sud, le Kenya, le Maroc et l'Égypte, dans l'ensemble, l'Afrique importe actuellement plus de 80 % de ses produits pharmaceutiques et de ses consommables médicaux. Cette situation n'est pas viable.

1, 3 milliard de personnes

le marché potentiel après que tous les pays africains auront ratifié la ZLECA.

Mais dès 2007, le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (aujourd'hui l'Agence de développement de l'Union africaine, AUDA-NEPAD) a essayé de remédier à la dépendance excessive de l'Afrique vis-à-vis des importations de produits pharmaceutiques en élaborant le Plan de fabrication pharmaceutique pour l'Afrique (PMPA - en Anglais), conformément à la décision de 2005 de l'Assemblée des chefs d'État de l'UA.

En 2012, la Conférence des chefs d'État a approuvé un plan d'affaires PMPA qui consiste en un ensemble de solutions techniques à certains des défis critiques auxquels est confrontée l'industrie pharmaceutique du continent.

Parmi les solutions proposées figurent le renforcement des systèmes réglementaires et la création d'un guichet unique d'informations, de données et de renseignements commerciaux pour les acteurs de l'industrie - gouvernements, secteur privé, communautés économiques régionales, etc.

Afin de stimuler la production pharmaceutique locale et d'améliorer ainsi les résultats en matière de santé publique, le plan d'entreprise de le PMPA encourage fortement l'achat de produits médicaux auprès d'entreprises basées en Afrique.

Autour du sujet

Les pays africains dans une initiative novatrice sur le vaccin contre la COVID-19

Ruée vers le vaccin COVID-19 : L'Afrique doit agir maintenant

Inauguration du Secrétariat de la ZLECA, les échanges démarrent en janvier 2021

Le commerce numérique est la prochaine étape importante en Afrique

Outre le renforcement des systèmes de gestion des achats et de la chaîne d'approvisionnement, le plan recommande l'utilisation de la mise en commun des achats comme mécanisme pour inciter les fabricants locaux à s'occuper de la santé maternelle, néonatale et infantile.

L'amélioration de l'accès, de la qualité, de la disponibilité et de l'accessibilité financière des produits pharmaceutiques, ainsi que l'augmentation des avantages économiques grâce à la durabilité, la compétitivité et l'autonomie de l'industrie, sont quelques-uns des objectifs du plan d'entreprise.

Le plan d'entreprise du PMPA souligne l'urgence de relever les défis auxquels l'industrie est confrontée. L'un de ces défis est le manque de financement abordable et de technologie moderne, qui entrave l'expansion des entreprises.

D'autres défis sont les petits marchés fragmentés de l'Afrique et la faiblesse des cadres réglementaires.

L'insuffisance des capacités en ressources humaines entrave également la croissance du secteur pharmaceutique africain, tout comme les mauvais systèmes d'approvisionnement et de passation des marchés et les incohérences politiques des départements du commerce, de l'industrie, de la santé et des finances des pays.

En raison d'un manque de capacité financière, les entreprises n'investissent pas ou peu dans la recherche et le développement et dans la protection de la propriété intellectuelle.

Aucune entreprise, aucun service gouvernemental ou aucune organisation ne peut à lui seul relever ces défis ; c'est précisément la raison pour laquelle le plan d'entreprise de l'AMPR préconise une collaboration multisectorielle et multipartite.

La bonne nouvelle, c'est que certaines possibilités sont à explorer.

Par exemple, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca), si elle est mise en œuvre avec succès, permettra de relever le défi des petits marchés fragmentés qui ont longtemps découragé les investisseurs dans la fabrication de produits pharmaceutiques.

Les fabricants africains, qui opèrent actuellement sur de petits marchés fragmentés, ne peuvent pas rivaliser avec leurs homologues asiatiques qui opèrent sur des marchés beaucoup plus vastes et bénéficient donc d'économies d'échelle. Les économies d'échelle aident les entreprises à faire des économies grâce à des volumes de production plus importants.

Lorsque tous les pays africains ratifieront la ZLECA, celui-ci intégrera un marché de 1,3 milliard de personnes et potentiellement de 2,2 milliards de personnes d'ici 2050. On peut s'attendre à ce que les fabricants africains bénéficient d'importantes économies d'échelle et de gamme. Le libre-échange dans le cadre de la ZLECA devrait commencer en janvier 2021.

Un mécanisme de mise en commun des marchés publics encouragera les principaux fabricants mondiaux de médicaments génériques à construire des usines en Afrique ou à s'associer à des sociétés pharmaceutiques africaines pour fabriquer des produits génériques. Cette forme de soutien stratégique à la Production pharmaceutique locale (PPL) est nécessaire.

La Russie et le Bangladesh sont des exemples de pays qui ont délibérément et avec succès soutenu le développement de la PPL. En conséquence, ces pays ont connu une augmentation des investissements étrangers directs dans le secteur. Ils ont également bénéficié de la formation et du développement des compétences, de l'accélération du transfert de technologie et de la création d'emplois.

L'insuffisance des capacités en ressources humaines entrave également la croissance du secteur pharmaceutique africain, tout comme les mauvais systèmes d'approvisionnement et de passation des marchés et les incohérences politiques des départements du commerce, de l'industrie, de la santé et des finances des pays.

On peut s'attendre à ce que l'Afrique récolte ce genre de bénéfices si elle adopte pleinement le soutien stratégique à la PPL. En outre, cela obligerait les pays à renforcer leurs systèmes réglementaires.

Déjà, les fabricants africains de produits pharmaceutiques ont été regroupés au sein d'une fédération pour leur permettre de partager des informations et des renseignements commerciaux et de parler d'une seule voix. Et des projets sont en cours pour créer un fonds pour le secteur, qui permettra d'amortir les insuffisances financières des entreprises.

En juin de cette année, l'UA a lancé la Plateforme africaine de fournitures médicales qui encourage l'achat de fournitures médicales auprès de fabricants locaux et s'appuie sur les systèmes réglementaires harmonisés créés dans le cadre de la PMPA.

Les pays devront invariablement formuler des politiques d'éducation qui favorisent la recherche et le développement dans le domaine pharmaceutique et encouragent des milliers de personnes à acquérir les compétences requises dans l'industrie.

Il ne fait aucun doute que l'Afrique a besoin de marchés intégrés. Elle doit mettre en œuvre des politiques de facilitation du commerce. Les pays doivent renforcer et harmoniser leurs systèmes réglementaires pour assurer la qualité des produits médicaux et veiller à ce que les fabricants locaux respectent les normes internationales.

Lorsqu'il sera pleinement mis en œuvre, le plan d'affaires de l'AMPP créera des emplois pour des millions de chômeurs africains et inaugurera une économie de la connaissance qui sera le moteur de la quatrième révolution industrielle.

Pour répondre à la question posée au début de cet article, oui, l'Afrique peut potentiellement fabriquer ses médicaments. Le plan d'affaires du PMPA est la voie à suivre.

Janet Byaruhanga est chargée de programme principale, santé publique, à l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD).

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.