Rwanda: Les avocats de Paul Rusesabagina demandent sa libération

Mark Hanner
archive - Paul Rusesabagina

L'équipe de défense de Paul Rusesabagina proteste. 5 avocats, 4 internationaux et un Rwandais devraient défendre l'ancien dirigeant de l'hôtel des mille collines, dont l'histoire a inspiré le film « Hotel Rwanda », qui relate comment il a sauvé plus d'un millier de Hutus et de Tutsis dans son établissement lors du génocide de 1994.

Les avocats de Paul Rusesabagina dénoncent l'absence d'accès à leur client depuis l'annonce de son arrestation, mais aussi la désignation d'un avocat rwandais qui « serait juste là pour travailler dans l'intérêt du gouvernement ». Ils exigent la libération de leur client, notamment en raison de la procédure engagée pour le ramener à Kigali.

Cela fait plus d'une semaine que sa détention a été rendue public. Opposant, il est accusé de terrorisme, d'assassinat et de kidnapping entre autres. Si le président Kagame a assuré dimanche que la procédure était régulière, sa famille assure qu'il a été kidnappé et dit craindre pour sa sécurité

Le jeudi 27 août 2020, Paul Rusesabagina atterrit à 19h10 à Dubai. Il appelle sa famille, mais ne les informe pas d'un nouveau déplacement. La même nuit, aux environs d'1h du matin, soit six heures après, un jet Bombardier Challenger 605 de la compagnie GainJet (une compagnie d'aviation de luxe basée à Athènes qui a un bureau au Rwanda) décolle de l'aéroport international Al Maktoum et atterrit vendredi au petit matin à Kigali. Cela corrobore les déclarations des Emirats arabes unis. Un officiel avait assuré à CNN que son pays n'avait joué aucun rôle dans cette arrestation et que l'ancien hôtelier avait passé à peine plus de 5h à Dubai.

La police rwandaise n'annonce détenir Paul Rusesabagina que le lundi suivant et dit avoir bénéficié d'une coopération internationale. Elle évoque même un mandat d'arrêt international, sans pour autant donner de détails sur les circonstances de l'arrestation.

Le président rwandais reste tout aussi vague, il assure toutefois qu'il ne s'agissait pas d'un kidnapping. « Il est venu ici sur la base de ce qu'il croyait, de ce qu'il voulait faire », a commenté Paul Kagame, assurant que Paul Rusesabagina le reconnaîtrait lui-même.

Pour la famille de l'opposant, il est impossible que l'ancien hôtelier ait accepté de se rendre à Kigali de son plein gré, alors qu'il se disait menacé depuis des années par le régime.

Au sein de l'opposition, on évoque les deux hypothèses, celle d'un kidnapping, en rappelant que Paul Rusesabagina n'est pas le premier rwandais à disparaître d'un pays et à réapparaitre devant une cour de justice au Rwanda.

Mais aussi, à la lumière des propos de Paul Kagame, on envisage celle d'un piège « On a dû lui faire croire qu'il y avait une opportunité. Tout le monde parlait de la mort de Kagame et de possibles discussions ouvertes en vue de sa succession », estime un opposant.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.