Soudan: Des inondations meurtrières font plus de 500000 déplacés

Inondations au Soudan

Les habitants sont pris au piège depuis fin juillet entre les crues du Nil à l'Est et les fortes pluies à l'Ouest. Les autorités locales ont imposé un état d'urgence de trois mois et mobilisé l'armée alors que la montée des eaux a déjà tué une centaine de personnes, détruits plus de 100 000 maisons et fait plus d'un demi-million de déplacés.

Pour les personnes déplacées, certaines peuvent aller chez des amis ou leur famille mais la plupart se retrouvent dans des camps ou des tentes ou encore dans des bâtiments publics comme les écoles, mais celles-ci doivent ouvrir dans les prochaines semaines alors que va-t-il se passer? On ne peut pas les mettre dehors, mais il faut que les écoles ouvrent.

De plus certaines écoles sont inondées donc là encore, comment préparer la rentrée des élèves? Avec la montée des eaux, il y a aussi le problème des maladies comme la malaria et surtout le choléra ou encore, les serpents et les scorpions qui sont obligé de sortir et vont mordent beaucoup plus de gens, et avec la situation les soins ne sont pas toujours donnés à temps. Ce sont toutes ces choses que nous devons gérer dans l'immédiat sans oublier de gérer l'après, car c'est tout aussi important.

Tanogo Chikoto, du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU en Centrafrique (OCHA) à Khartoum

A La Une: Soudan

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.