Afrique de l'Ouest: Les attaques contre les élèves, les enseignants et les écoles se multiplient dans le Sahel

communiqué de presse

New York — La première Journée internationale pour la protection de l'éducation contre les attaques répond aux violations dans le monde

Le Sahel central a connu un pic important d'attaques contre les élèves, les enseignants et les écoles depuis 2018, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par la Coalition mondiale pour la protection de l'éducation contre les attaques (GCPEA). Le rapport est présenté avant la toute première Journée internationale des Nations Unies pour la protection de l'éducation contre les attaques, le 9 septembre 2020.

Intitulé Soutenir une éducation sûre dans le Sahel central, ce rapport a relevé plus de 85 attaques contre l'éducation au Burkina Faso, au Mali et au Niger entre janvier et juillet 2020, malgré les fermetures d'écoles liées au Covid-19 entre fin mars et mai. Au moins 27 attaques contre des collèges ont été enregistrées au Mali lors de la réouverture des écoles pour permettre aux enfants de passer leurs examens en juin.

Ces attaques font suite à une augmentation alarmante des attaques contre l'éducation dans tout le Sahel central ces dernières années. Au Burkina Faso et au Niger, les attaques contre l'éducation ont plus que doublé entre 2018 et 2019, contribuant à la fermeture de plus de 2 000 écoles. Au Mali, plus de 60 attaques contre l'éducation ont eu lieu en 2019 seulement, avec plus de 1 100 écoles fermées.

Des groupes armés non étatiques ont ciblé l'éducation publique dans tout le Sahel central, le plus souvent en incendiant et en pillant des écoles et en menaçant, en enlevant ou en tuant des enseignants, selon le rapport. Des forces étatiques et des groupes armés non étatiques ont également utilisé des dizaines d'écoles à des fins militaires, notamment comme campements et bases temporaires.

Les écolières, étudiantes, et éducatrices sont spécifiquement affectées par les attaques, a constaté la GCPEA. La grossesse à la suite d'un viol, les conséquences sur la santé et la stigmatisation de la violence sexuelle, le risque de mariage précoce et le fait de privilégier l'éducation des garçons par rapport à celle des filles font qu'il est particulièrement difficile pour les filles de retourner à l'école.

« La Journée internationale des Nations Unies pour la protection de l'éducation contre les attaques est un moment crucial pour mettre en évidence l'ampleur et le coût énorme des attaques contre l'éducation sur la vie et l'avenir des élèves et des communautés », a déclaré Diya Nijhowne, Directrice exécutive de la GCPEA. « Mais c'est aussi le moment de reconnaître les progrès significatifs réalisés en matière de protection des élèves et des enseignants, notamment grâce à l'adoption généralisée de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles et aux progrès de sa mise en œuvre. »

La Déclaration sur la sécurité dans les écoles, un engagement politique visant à protéger les élèves, les éducateurs, les écoles et les universités dans les conflits armés, compte actuellement 104 États signataires.  En approuvant la Déclaration, les pays s'engagent à prendre des mesures concrètes pour protéger l'éducation dans les conflits armés, notamment en utilisant les Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l'utilisation militaire durant les conflits armés. 

La GCPEA appelle à un soutien coordonné, ciblé et durable pour mettre en œuvre la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, et protéger des attaques les élèves, les enseignants et les établissements d'enseignement dans tout le Sahel central.

Cela comprend la priorisation et le financement de mesures pour prévenir, atténuer et répondre aux attaques contre l'éducation dans le cadre des plans et programmes de réponse humanitaire et de développement. Alors que les trois pays du Sahel central sont confrontés à des crises humanitaires interdépendantes, des efforts régionaux devraient également être déployés pour renforcer le suivi et le signalement des attaques et élaborer des plans de prévention et de réponse.

La table ronde ministérielle sur le Sahel central qui sera accueillie par le Danemark, l'Allemagne, l'Union européenne et les Nations Unies le 20 octobre offre une occasion clé d'inscrire fermement la protection de l'éducation dans l'agenda humanitaire.

Le rapport sur le Sahel central s'appuie sur de nouvelles données tirées du rapport phare de la Coalition, l'Éducation prise pour cible, qui a identifié plus de 11 000 attaques contre des établissements d'enseignement, des élèves et des enseignants entre 2015 et 2019, blessant, blessant ou tuant plus de 22 000 élèves, enseignants et universitaires dans le monde.

Alors que les écoles du Sahel central et dans le monde reprennent après les fermetures liées au Covid-19, la GCPEA exhorte les gouvernements à veiller à ce que les prestataires de services éducatifs procèdent à des évaluations des risques avant la réouverture, et adoptent des mesures de sécurité appropriées le cas échéant pour réduire les risques d'attaque des élèves et des enseignants.

Lorsque les écoles et les universités ne peuvent rouvrir en toute sécurité, des mesures alternatives et à distance doivent être mises en place. La GCPEA exhorte également les gouvernements et les prestataires de services éducatifs à veiller à ce que toutes les campagnes de « retour à l'école » post-Covid-19 et les cours de rattrapage incluent des apprenants précédemment exclus des études en raison d'attaques contre l'éducation.

Les gouvernements et les établissements d'enseignement devraient également veiller à ce que les programmes d'enseignement à distance mis en place en réponse au Covid-19 soient accessibles aux apprenants touchés par les attaques et l'insécurité, et que ceux-ci en bénéficient.

« À l'occasion de cette première Journée internationale des Nations Unies pour la protection de l'éducation contre les attaques et au milieu de la pandémie de Covid-19, les gouvernements et les bailleurs de fonds devraient agir pour protéger les élèves et les éducateurs, les écoles et les universités contre les attaques, au Sahel central et dans le monde », a conclu Diya Nijhowne.

« Au fur et à mesure que des programmes et des politiques sont élaborés pour soutenir la poursuite de l'éducation pendant la crise sanitaire, il y a une opportunité pour s'assurer qu'ils intègrent une protection contre les attaques, et incluent les élèves exclus de l'apprentissage en raison d'attaques passées. »

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.