Cote d'Ivoire: Soubré - Le projet Initiative Cacao et Forêts présenté aux autorités locales

7 Septembre 2020

L'Initiative Cacao et Forêts (ICF), est un engagement actif entre les principaux pays producteurs de cacao, notamment la côte d'Ivoire et le Ghana et les entreprises du chocolat et du cacao, afin d'éliminer la déforestation et de restaurer les zones forestières par l'interdiction de toute conversion supplémentaire de terres forestières pour la production de cacao.

Afin de susciter l'appropriation des autorités locales et administratives à ce projet et, avoir leur appui dans la mise en œuvre des activités dans la Nawa, une délégation du Secrétariat technique de l'initiative cacao et forêts a présente le projet au corps préfectoral de la Nawa avec à sa tête le préfet de région, préfet du département de soubré, M. Koné Messamba.

C'était le 3 septembre 2020, dans la salle de conférence du Conseil régional de la Nawa à Soubré. D'entrée, le préfet de région, a félicité les initiateurs du projet à Soubré, importante zone productrice de cacao de la côte d'Ivoire faisant de notre pays premier producteur au niveau mondial, pour leur engagement à éliminer la déforestation.

Pour lui, la côte d'Ivoire a perdu 90% de son couvert forestier à cause des actions de l'homme, notamment, l'exploitation abusive et illégale de la forêt qui ont eu des conséquences graves sur l'environnement, ainsi que sur la production cacaoyère dans la Nawa.

Ainsi, le représentant du chef de l'Etat va indiquer que " la gestion efficience de la forêt est une question d'actualité. Il faut sauver les forêts ivoiriennes et donc, la mise en place de ce genre de projet est à saluer'.

La Nawa doit demeurer le bassin de la production du cacao de notre pays, a déclaré Koné Messamba. Monsieur Yapo Assamoi Robert, Coordonnateur du projet Icf a, présenté le contexte et l'objectif de l'atelier.

Selon lui, la mise en place de l'Icf a demarré en 2018 dans cinq régions prioritaires, à savoir, la Mé , la Nawa, Cavally, San pedro et Guemon. " Ces régions ont été identifiées sur la base de critères liés à préservation des forêts, à la production de cacao et à la densité de la population", a-t-il précisé.

Pour Yapo Assamoi, au terme de chaque rencontre d'information, les résultats attendus sont, entre autres, une meilleure compréhension des autorités locales du projet, leurs actions d'appui et les recommandations pour le bon déroulement des activités ainsi que l'identification des parties prenantes clés dans chaque localité.

À sa suite, le colonel Traoré Inza, coordonnateur adjoint de Icf, va présenter la politique forestière de la Côte d'Ivoire, première économie de L'UEMOA grâce à ses performances agricoles (café, cacao, hévéa etc ). Il va souligner que cette politique, se résume à la protection et à la réhabilitation des forêts.

Selon lui des acquis ont été déjà enregistrés, notamment, la mise en place d'un cadre politique, législatif et réglementaire du secteur forestier ainsi que la prise de conscience des parties prenantes de la problématique de la déforestation et des effets négatifs sur la cacao culture.

Gondo Arsène de l'Idh, partenaire au projet, va indiquer dans son exposé l'objectif général de l'icf qui est de mettre fin à la déforestation dans la chaîne de valeur du cacao.

Des actions déjà menées sur le terrain ont permis de mettre en place des textes législatifs et réglementaire dans le secteur forestier, des actions de sensibilisation de plus de 177.000 producteurs de cacao, la distribution par le secteur privé de plus de deux millions d'arbres forestier à usage multiples sans oublier le recensement en cours des producteurs.

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.