Mali: Un premier témoin à la barre lors du procès du jihadiste Al-Hassan devant la CPI

Al Hassan lors de sa première comparution devant la Cour pénale internationale le 4 avril 2018

L'ex-commissaire de la police islamique de Tombouctou pendant l'occupation de 2012 est jugé à la Cour pénale internationale depuis le 14 juillet.

C'est le deuxième jihadiste malien à y être jugé, quatre ans après le procès d'Ahmad Al-Faqi Al-Mahdi condamné pour des destructions de mausolées. Après presque deux mois de suspension, le procès a repris ce mardi matin avec l'audition du premier témoin.

C'est un journaliste néerlandais qui a été interrogé ce matin par le procureur puis par l'avocat des victimes et enfin par l'avocate de Al-Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, l'accusé. Ce reporter était sur place à Tombouctou où il a effectué plusieurs reportages au moment de l'occupation jihadiste.

Il a été principalement interrogé ce mardi matin sur ces photographies prises dans une des banques de Tombouctou, qui était à l'époque le siège de la police islamique et celles prises dans un hôtel qui était à l'époque le siège du tribunal islamique.

Parmi ces documents se trouve notamment le code d'habillement des femmes. Le journaliste a partagé avec la Cour son étonnement d'avoir été convoqué pour témoigner.

Pour l'heure, les questions n'ont pas encore porté sur ces liens ou ces rencontres avec l'ancien commissaire de la police islamique. Al-Hassan est accusé par la CPI de crime de guerre et de crime contre l'humanité: torture, viols, persécution, esclavage sexuel.

Au total, 13 chefs d'accusation sont retenus contre lui. Après cette première journée d'auditions de témoins, d'autres suivront. Il n'y a pas encore de date pour la fin du procès qui pourra durer « plusieurs années » selon la CPI.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.