Niger: Niamey sous les eaux après des pluies diluviennes

Vue de Niamey, août 2018

À Niamey, l'eau est montée à un niveau jamais atteint. Les pluies torrentielles de ces derniers jours ont fait céder des digues provoquant des dégâts dans les rizières et sinistrant des milliers d'habitations.

L'hôpital national de Lamordé, l'ancien CHU, est inondé. Le président Mahamadou Issoufou s'est rendu sur place ce mardi matin.

Les eaux du fleuve Niger continuent de faire des victimes sur la rive droite du fleuve. Depuis 48 heures, les populations des quartiers Saga, Lamordé, Nogare et leurs environs ne savent plus à quels saints se vouer.

Les dégâts dans les rizières s'étendent à perte de vue à Saga : « Donc, c'est en moins de deux heures de temps que nous nous sommes trouvés inondés. Et je suis dans ce quartier depuis 1974 », témoigne un habitant.

Depuis près de 60 ans, de telles quantités de pluies ne sont pas tombées sur ces rives de Niamey, raconte Aliza Abdou qui a les pieds dans l'eau depuis 5 heures du matin : « Depuis que je suis née, je n'ai jamais vu ça. C'est la première fois que je vois l'eau nous inonder jusque dans notre concession. »

Visite du président Issoufou

La principale digue du quartier Lamordé n'a pas tenu face à la pression des eaux du fleuve. Deux brèches ouvertes ont inondé plusieurs milliers de ménages en 24 heures dans le quartier.

« Ce qui est encore plus choquant, c'est que l'eau a contourné pour aller vers le CHU qui est inondé complètement. Il faut évacuer les malades. C'est la catastrophe », s'alarme Abderrahmane Umaru, un habitant.

C'est la seconde fois que le président Mahamadou Issoufou met les pieds dans l'eau en rendant visite aux sinistrés : « Je voudrais ici rassurer les populations sinistrées sur les dispositions qui sont en train d'être prises pour les reloger, pour les appuyer en alimentation, en vivres. Je voudrais qu'elles sachent qu'elles ne sont pas seules. »

Ce lundi, cinq serpents qui fuyaient les eaux en furie ont été tuées dans les concessions.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.