Congo-Kinshasa: Petit écran - Première diffusion de Mpangi'ami sur A+

Depuis le 28 août 2020, la chaîne des séries africaines propose à ses téléspectateurs un épisode par jour du lundi au vendredi à 15h50 GMT suivi de quatre rediffusions entre 19h10 et 05h50 GMT.

Après la mise en ligne de Mpangi'ami sur A+ Ivoire en juillet, A+ Afrique a pris le relais depuis fin août. Les téléspectateurs sont au cœur du suspense de la première saison dont le neuvième épisode est programmé l'après-midi de ce mardi 8 septembre. À un épisode de la moitié de la saison qui en compte vingt, ils en savent assez largement pour être tenus en haleine dans l'attente de la suite du début des déboires de Kayoko. Sous fond de défaite électorale, le personnage central de la série s'essaie en politique dès lors que sa nomination comme secrétaire général aux finances à Kinshasa lui a donné goût au pouvoir. Il se permet tout : baigne dans un univers de corruption, entre fraudes fiscales, jolies maîtresses et intrigues politiques. Il vit mal le revers de la situation. Le candidat à la députation accuse mal le coup après être passé à côté du parlement qu'il pensait pourtant à portée de main.

Tournée à Kinshasa et produite entre 2014-2015, la première saison de Mpangi'ami a ouvert une ère nouvelle pour le cinéma congolais en pleine gestation. La réalisation de Didace Kawang a eu le privilège d'être aussitôt connue à l'internationale avec ses diffusions sur TV5 dès novembre 2014. Et, à présent faire partie de la grille des programmes d'A+ Afrique est une joie pour les acteurs avec notamment en vedette Diana Bavon (Kayoko) et Patrick Kabundi (Vincent), les deux antagonistes, Olga Kankolongo (Nacha, fille de Kayoko fiancée à Vincent), Thérèse Bode (Mamambwa, épouse de Kayoko) et Véronique Kwadeba (Samantha). À noter que, a affirmé Didace : « Pour la plupart ce sont des acteurs de théâtre. Mpangiami'ami leur a ouvert de nouvelles perspectives de sorte qu'aujourd'hui ils jouent dans plusieurs films ». L'on comprend mieux le réalisateur, il campe le rôle du Major Taylor dans la série, lorsqu'il dit éprouver « un réel plaisir » à voir Mpangi'ami poursuivre son bonhomme de chemin. Et d'ajouter : « Mais, c'est surtout un succès de voir notre série chevaucher les chaines internationales ».

Une audience plus large

Didace Kawang a un autre motif de joie qu'il nous a partagé avec un grand enthousiasme : « J'ai la nette impression que le nombre de nos téléspectateurs a augmenté comparé aux précédentes diffusions ». Ce constat est conforté par le fait que, soutient-il : « Il ne se passe pas un jour sans que nous ne rencontrions des personnes qui nous reconnaissent à partir de notre passage sur A+ et nous avouent apprécier notre travail ».

Par ailleurs, la production de Mpangi'ami tient pour une belle aubaine son contrat avec la chaîne des séries africaines. Les Kinois auront largement le temps de s'imprégner de la série avec toutes les prochaines diffusions à venir. Car, comme il sied de le rappeler, Mpangi'ami comporte trois saisons. La première, actuellement en diffusion sur A+ Afrique est composée de vingt épisodes. Les deux suivantes sont également programmées, savoir que la seconde, quant à elle, en compte sept de plus, soit vingt-sept épisodes et la troisième est faite de vingt-six épisodes.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.