Burkina Faso: Explosifs découverts dans un car à Fada - Le propriétaire du colis toujours recherché

La compagnie de gendarmerie de Fada N'Gourma a organisé, le mardi 8 septembre 2020, une conférence de presse. Au menu des échanges avec les journalistes, la découverte d'un colis contenant des explosifs le 1er septembre dernier. Une situation qui ajoute un peu plus à la psychose qui règne déjà dans la ville de Fada N'Gourma.

Il n'y a pas si longtemps, un obus non explosé avait été découvert à Tanwalbougou, localité désormais tristement célèbre située à une cinquantaine de kilomètres du chef-lieu de la région de l'Est.

Puis début août, deux jours après l'attaque du marché à bétail de Namoungou qui avait fait plus de 20 victimes, la rumeur avait fait se vider celui de Fada et même créé l'émoi dans toute la ville.

Les craintes des habitants ne sont pas près de s'estomper avec la dernière actualité sécuritaire en date : la saisie d'explosifs dans un bus d'une compagnie de transport en commun. Nombre de passagers de cette « poudrière roulante » se rendaient à Fada pour des mariages.

Selon les informations données par les pandores, c'est le mardi 1er septembre 2020 que la Brigade de recherche de la gendarmerie de Fada N'Gourma a été informée par le poste de contrôle des douanes, juste avant le péage, sur la RN4, de la découverte d'un sac contenant des explosifs.

En raison de la dangerosité de son contenu, le colis a été immédiatement débarqué et les passagers conduits promptement à la gendarmerie pour des investigations. Une enquête a été ouverte pour en découvrir le propriétaire et élucider les circonstances dans lesquelles ces explosifs se sont retrouvés dans le car.

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada en a été informé. Le car en question, de 70 places, a quitté Ouagadougou le matin avec 50 passagers à son bord. Les investigations n'ont pas permis de découvrir le ou les propriétaires du colis.

Sur instruction du parquet, tous les passagers ont passé la nuit en caserne, le temps qu'arrivent les bagagistes du jour ainsi que leurs responsables.

Mais ces derniers, arrivés le lendemain 2 septembre, n'ont pas reconnu parmi les passagers celui qui a fait embarquer le mystérieux colis. De leurs explications il ressort que le sac aurait pu être mis dans le car à leur insu, car il n'a pas été enregistré au guichet courrier.

Après un point sur l'évolution de la situation au procureur du Faso, celui-ci a instruit de libérer tous les passagers mais de garder les bagagistes pour la suite des investigations. S'agissant du colis en question, c'est un sac en jute de couleur blanchâtre contenant 22 paquets de 15 bâtonnets de pétards chacun, soit 330 au total.

Le service de déminage du groupement des forces de sécurisation du secteur Centre et Est, basé au 34e régiment interarmes de Fada N'Gourma, a été mis à contribution pour déterminer la nature des explosifs.

Selon ces spécialistes, un seul lot de ces pétards, à savoir 5 bâtonnets, avec un détonateur, peut faire des dégâts énormes et inimaginables ; autrement dit, une infime quantité de ce produit chimique aurait suffi à réduire en cendres le car de 70 places et ses occupants.

Le commandant de la brigade de recherche de Fada N'Gourma, l'adjudant-chef major Djibrilou Zina, a donc rappelé la nécessité de conjuguer les efforts à tous les niveaux afin de barrer la route à ces criminels qui ne font qu'endeuiller chaque jour les populations.

Si rien ne permet de déterminer clairement l'usage qui était réservé à ces pétards, étant donné qu'ils sont, entre autres, utilisés dans l'activité minière, aucune hypothèse ne devrait être écartée, ont martelé les conférenciers.

C'est pourquoi ils ont invité la population à jouer sa partition dans la lutte contre le terrorisme en dénonçant les cas ou individus suspects soit directement aux FDS, soit en appelant aux numéros verts suivants :

Centre national de veille et d'alerte : 1010 ; Gendarmerie : 16 ; Police : 17.

L'adjudant-chef major Djibrilou Zina a également attiré l'attention des transporteurs et des commerçants sur leurs responsabilités dans le cadre de leurs activités, en les invitants à éviter à tout prix de se rendre complices consciemment ou inconsciemment des terroristes en facilitant leurs actions, qui ne visent qu'à endeuiller la nation.

Pendant que nous tracions ces lignes, nous avons appris que des explosifs de même nature que ceux retrouvés à Fada ont été saisis le 8 septembre dans une gare à Ouagadougou suite à une dénonciation des premiers responsables de la compagnie. Le colis dangereux devait être acheminé cette fois à Dori.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.