Algérie: Constitution - L'Observatoire national de la société civile, un organe consultatif

Alger — L'Observatoire national de la société civile est une nouvelle instance dont les missions principales sont fixées par le projet de révision constitutionnelle présenté mardi par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad devant la Commission des affaires juridiques et administratives, et des Libertés à l'Assemblée populaire nationale (APN).

Selon l'article 213 du Titre 5 intitulé "Des organes consultatifs", l'Observatoire national de la société civile "est un organe consultatif placé auprès du Président de la République", et il "émet des avis et recommandations relatives aux préoccupations de la société civile".

L'Observatoire contribue, selon le même article, à "la promotion des valeurs nationales et la pratique démocratique et citoyenne et participe avec les autres institutions à la réalisation des objectifs de développement national".

Lors d'une entrevue accordée aux représentants des médias nationaux, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait mis en avant le rôle axial de la société civile dans le traitement des problèmes quotidiens du citoyen.

"Je mise sur la société civile pour son honnêteté et je crois en le mouvement associatif qui s'intéresse au quotidien des citoyens", avait-il confié.

Abondant à ce sujet, le Président Tebboune s'est dit "fier de tous ces jeunes qui activent bénévolement, en sacrifiant leurs week-ends au service des malades ou pour la protection de l'environnement".

Pour sa part, le Premier ministre Abdelaziz Djerad avait affirmé, mars dernier, que le Conseil national économique et social (CNES), auquel a été ajouté le volet environnement, serait promu afin de lui permettre de jouer un rôle consultatif " pionnier" dans la prise de décision et la consolidation du dialogue entre les différentes franges de la société.

Dans une allocution prononcée à l'occasion de la cérémonie d'installation de M. Rédha Tir, nouveau président du CNES, M. Djerad avait estimé que la relance du CNES contribuerait sans aucun doute à l'édification de la nouvelle Algérie en s'appuyant sur trois axes, à savoir la transition énergétique, le développement humain et l'économie de la Connaissance et numérique.

Il aura également pour mission d'assurer la permanence du dialogue et de la concertation entre les partenaires économiques et sociaux nationaux.

Le CNES, poursuivait M. Djerad, sera promu sous l'autorité du Président de la République pour devenir un Centre d'études et de recherches (Think thank), au profit du développement national, et accomplir un rôle pionnier en matière d'assistance à la prise de décision dans les différents domaines de l'action publique.

Et d'ajouter le Conseil aura "un rôle pivot dans la réforme du système national de la protection sociale et la garantie de sa pérennité afin de consolider le modèle social auquel sont attachés les enfants de notre peuple".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.