Nigeria: Montée du paludisme dans l'État de Bénué

Dans les États de la « middle Belt », la « ceinture intermédiaire » (Adamawa, Benue, Kaduna, Nasarawa et Taraba), près de 300 000 personnes ont été déplacées à la suite des conflits récurrents entre éleveurs et agriculteurs, liés à une concurrence autour de l'accès à l'eau et à la terre.

Les structures de santé tirent la sonnette d'alarme : les patients atteints de paludisme ne cessent d'augmenter, notamment les enfants de moins de cinq ans. Entre mai et juillet, on est passé d'une centaine de cas à près de 1 269 cas. « Les familles déplacées de ce conflit vivent dans de mauvaises conditions, explique Lynn van Beck, coordinatrice de projet de Médecins sans Frontières, basée dans l'État de Benue, qui accueille le plus grand nombre de personnes déplacées. Elles ont un accès très limité aux soins de santé et à l'eau potable. On voit souvent une, deux ou trois familles s'entasser sous la même tente, ou en plein air. Le tout, avec de nombreuses flaques d'eau stagnantes à proximité. Cela favorise la reproduction des moustiques. Et on assiste à une explosion du nombre de personnes infectées par le paludisme. »

« Par rapport à l'année dernière, on constate une augmentation du nombre de patients : nous avons plus de 1 000 patients atteints du paludisme. C'est d'abord lié à la saison des pluies. Mais c'est aussi lié au nombre toujours plus important de déplacés qui affluent à cause des violences. Ils ne peuvent plus retourner dans les champs. Et enfin, ces personnes ont tendance à éviter les hôpitaux, car les prix des consultations ont augmenté à cause de la pandémie de Covid-19. »

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.