Guinée: Violences des jeunes taxi motards en période électorale - Des focus group organisés à Conakry

10 Septembre 2020

Le gouvernement guinéen en partenariat avec des agences des nations unies (PNUD, OIM et UNFPA) avec le financement du fonds des nations unies pour la consolidation de la Paix a mis en place le projet d'appui à la réduction de l'instrumentalisation et des violences politico-sociales des jeunes taxi motards. C'est ainsi que des focus group ont été organisés ce mercredi 09 septembre 2020 dans les communes de Ratoma, Dixinn et Matam.

Ce projet vise à transformer les jeunes taxi motards issus de zones conflictogenes en agents de pacification en période électorale (avant, pendant et après les élections);

Mettre en place un climat local de gouvernance qui inspire la confiance entre les acteurs (opérateurs, communautés et autorités locales) grâce à des mécanismes d'échanges et de recevabilité.

Interrogé, Amadou Monchon Camara chef de division des actions de développement au ministère de la jeunesse et de l'emploi de jeunes et suppléant au point focal dans ce projet a fait savoir que l'objet de ces focus group c'est l'identification des problèmes et les propositions de solutions pour la réduction de l'instrumentalisation sociale et politique des jeunes taxi motards et leurs bonnes intégrations au sein des communautés.

« C'est projet du gouvernement guinéen exécuté par trois agences du système des nations unies ( programme des nations unies pour le développement, UNFPA et l'OIM) en partenariat avec le ministère de la jeunesse, le ministère de l'unité nationale, le ministère de l'administration du territoire, le ministère des transports et celui de l'action sociale.

Nous sommes partis du constat qu'en période électorale, la plupart des jeunes taximotards sont instrumentalisés par les politiques.

Et ces jeunes sont exposés à tout. C'est pourquoi le ministère de la jeunesse a initié un projet allant dans le sens de la réduction de l'instrumentalisation de ces jeunes conducteurs de moto taxis. Nous avons ciblés les cinq communes de Conakry et celle de N'zérékoré.

C'est dans ces communes qu'on enregistre beaucoup plus de violences en période électorale. C'est ainsi, nous avons entamé des focus group pour recueillir les avis des élus locaux, les syndicats des transporteurs, les religieux, les acteurs politiques, la société civile, la police etc », a-t-il fait savoir.

Interrogé sur le sujet, Abdoulaye Djibril Dabo chef du quartier de Ratoma-Centre a salué cette initiative qui selon lui est venue à point nommé.

« La Paix et la sécurité concernent toutes les composantes de la nation. En tant qu'elus locaux, nous sommes les premiers concernés. La prolifération de cette activité très lucrative est en train de poser plusieurs problèmes.

Ce sont des jeunes qui sont rentrés dans cette activité sans aucune préparation. On achète une moto, on donne à un jeune qui a fini d'étudier sans chercher à savoir s'il est prêt dans la tête et techniquement. En cette période électorale, ces jeunes n'hésitent pas de suivre n'importe qui à cause de 50 ou 100 mille francs et des t-shirts.

Nous accueillons favorablement ce projet et nous allons oeuvrer pour sa réussite. Il faut que ces taxis motos soient organisés depuis la base.

Pour cela, il faut que les chefs de quartiers arrivent à identifier tous les conducteurs exerçant dans leur zone, veiller au respect des mesures qui vont avec cette activité en commun accord avec la police, les syndicats, la commune et le gouvernorat », a-t-il indiqué.

De son côté, El hadj Faya Touré 3e vice-maire de la commune de Ratoma a remercié les initiateurs de ce projet et les partenaires techniques et financiers.

« La rencontre de ce matin a été très utile, très bénéfique, très instructive chez nous. Les taximotos, nous connaissons leurs utilités mais nous connaissons aussi leurs inconvénients.

Par manque d'information et de formation, en ce temps d'élections, ils peuvent être manipulables d'où l'importance de cette rencontre », a conclu le maire.

Prenant la parole, Keita Sékou Oumar de la section syndicale des transports routiers reconnaît l'instrumentalisation des conducteurs de moto taxis en cette période électorale. Il appelle à la réorganisation de cette corporation surtout à Conakry.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.