Ile Maurice: Camp Levieux - Un laboratoire informatique rénové pour les enfants défavorisés

10 Septembre 2020

Nouveaux ordinateurs, infrastructure et mobilier réaménagés : autant d'innovations pour les jeunes de Camp Levieux.

Le Techno Drive After School IT Lab, centre géré par le club Soroptimist International Ipsae Mauritius, passe à la rénovation. Il sera inauguré dans quelques mois. Quel en est le concept ? Comment cela soutient-il les enfants démunis ?

«Après les classes, les enfants viennent au centre. Ils n'ont pas un ordinateur à la maison. Ici, ils peuvent utiliser ces technologies. On les encadre du mieux possible», déclare Swatee Cuttaree, membre de l'exécutif du club Soroptimist International Ipsae (mot latin qui veut dire «themselves») (Mauritius). En effet, environ 38 enfants et adolescents âgés entre cinq et 17 ans pratiquent l'informatique au Techno Drive After School IT Lab mis en place par l'organisation. Celle-ci, fondée en 1984 par des femmes professionnelles, vise à améliorer le sort de la femme et de l'enfant.

À cet escient, les responsables ont déployé les grands moyens pour rénover le laboratoire informatique. Une mission enfin accomplie. «Le bâtiment existant a été consolidé afin qu'un plus grand nombre d'enfants puisse profiter de l'utilisation des technologies. De nouveaux ordinateurs ainsi que du mobilier adéquat seront aménagés. Grâce à l'expertise et les donations de Gamma Civic, le groupe Sanne ainsi que le combat acharné des membres du club, le centre s'est transformé en un "state of the art IT Lab"», déclarent Swatee Cuttaree et Dora Ramsamy, également membre de l'exécutif.

Disposant de 13 ordinateurs, l'établissement sera bientôt pourvu de vingt nouveaux appareils. Ce nouvel espace sera inauguré avant la fin de 2020. Il est destiné aux jeunes habitant la région défavorisée de Camp-Levieux. Mais au-delà de l'objectif de faciliter l'initiation et l'intégration technologique, les efforts sont déployés pour offrir un soutien scolaire. Ainsi, à la sortie de l'école, les bénéficiaires sont accueillis par des employés et des collations. Des enseignants sont également sur place à raison de quatre fois par semaine pour les aider dans les travaux de classe. «Les enfants participent également à des sessions de kickboxing. Nous avons également un psychologue qui les aide comme ce sont des jeunes sujets à des problèmes parallèlement», ajoute Swatee Cuttaree.

Ainsi, de 14h30 à 17 heures, les enfants peuvent s'adonner à toutes ces activités. Outre les jeunes, le club s'attelle également au bienêtre des aïeux. L'institution gère un Day Care Centre pour les habitants du troisième âge. Une diversité d'activités s'y tient. Au fil du temps, estiment les responsables, ces deux axes ont pris de l'ampleur et sont devenus des projets en continu avec le financement de la National Social Inclusion Foundation (NSIF) et d'autres partenaires. Celui-ci contribue au salaire du personnel, les repas des bénéficiaires entre autres. Ayant à cœur les besoins des petits et grands de Camp Levieux, les deux centres n'ont pas plié face aux défis du confinement. Car en dépit de l'apparition inattendue du Covid-19 et l'impossibilité d'y accueillir physiquement les bénéficiaires, le travail s'est poursuivi. «Le personnel et les membres de l'exécutif sont restés en contact permanent pour les soutenir durant ce long moment très difficile. Nous étions interpellées par la situation dans certaines familles.

Plusieurs enfants nous confiaient au téléphone ne pas pouvoir manger à leur faim chez eux. Nous avons alors fait un appel à la société Foodwise pour aider ces familles», expliquent nos interlocutrices. Un accord a été alors signé pour des donations de denrées comestibles, dont du poisson, ce qui a apporté un soulagement aux petits et leurs parents. Poursuivant sur cette lancée au déconfinement, une équipe était déployée pour les modalités de réouverture des centres. Après une désinfection approfondie du bâtiment et l'installation des produits sanitaires à l'entrée, le personnel, les membres de l'exécutif ainsi que les aînés ont passé des tests PCR suite à une demande de Lata Ramdenee, une des responsables du centre auprès du ministère de la Santé. La reprise des opérations a été effectuée en juillet dernier au grand bonheur des bénéficiaires et des chevilles ouvrières du club Soroptimist International Ipsae Mauritius.

Témoignages

Davis Réglée : «j'adore utiliser l'ordinateur»

Âgé de neuf ans, David Réglée fréquente le centre informatique régulièrement depuis trois ans. «J'adore le kickboxing, utiliser l'ordinateur et dessiner», confie-t-il. Selon lui, il peut également y écouter des chansons. «Durant le confinement, c'était difficile de ne pas pouvoir venir ici. Maintenant que le laboratoire est rénové, cela va m'aider pour l'école», précise-t-il.

Emmy Moutou : «cela va me soutenir pour mes devoirs»

«Depuis 2019, je viens au Techno Drive After School IT Lab. On fait plusieurs activités ici. J'apprends à utiliser l'ordinateur, à pratiquer de la peinture entre autres», confie Emmy Moutou. Pour cette petite de neuf ans, l'informatique est essentielle surtout pour ses cours scolaires. «Je travaille sur Word principalement. Je suis contente des rénovations du laboratoire. Cela va davantage me soutenir pour mes devoirs», ajoute-t-elle.

Nishi Chinan : «sur l'ordinateur, j'apprends à dessiner»

«Depuis longtemps je viens ici. Je fais du coloriage, je dessine et je joue à cache-cache», lance la petite Nishi Chinan, neuf ans. Sur l'ordinateur, elle est tout aussi active. «Les miss nous expliquent comment utiliser des programmes informatiques. On apprend beaucoup. Ça me permet de chanter et de jouer aux jeux vidéo. Sur l'ordinateur, j'apprends à dessiner», confie-t-elle.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X