Mali: Cinq groupes de travail formés pour les travaux des concertations

Ouverture des concertations nationales sur la transition politique au Mali, ce samedi 5 septembre 2020.

Les journées de la concertation nationale sur la transition au Mali ont débuté ce jeudi 10 septembre à Bamako. Le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, a présidé à la cérémonie d'ouverture de la rencontre qui va durer trois jours et qui regroupe environ 500 personnes.

Après la distribution des documents pour fixer le cap des travaux, les discussions ont commencé. Cinq sous-groupes ont été formés, les débats sont animés.

Petits soucis d'organisation au début avant que le chef de la junte le colonel Assimi Goïta ne fasse son entrée dans la salle pour la cérémonie d'ouverture. Un très court discours d'environ cinq minutes.

La présente concertation est donc l'occasion pour les forces vives de la nation de discuter des préoccupations du moment et de l'avenir.

Les travaux commencent après son départ. Un projet de feuille de route de la transition est rendu public, cinq sous-groupes de travail crées.

La parole se libère. Un ressortissant de Gao prend le micro : « Nous voulons rien que la sécurité », martèle-t-il. Dans la salle, un tonnerre d'applaudissements.

Le président de séance rappelle les uns et les autres au calme. Les débats sont aussi passionnés sur les réformes institutionnelles et politiques. Sur la bonne gouvernance également et l'organisation des futures élections.

Au centre international de conférence de Bamako, on a également assisté à des dissensions au sein du Mouvement de contestation M5 qui a contribué à la chute de l'ancien président IBK. Une frange du mouvement veut un militaire à la tête de la transition et l'autre frange insiste : un civil ou rien du tout.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.