Burkina Faso: Fédération burkinabè de football - Lazare Banssé de plain-pied sur le gazon

Le nouveau président de la Fédération burkinabè de football, Lazare Banssé, a officiellement pris fonction le jeudi 10 septembre 2020 à travers une cérémonie de passation de charges.

Bilan du bureau sortant, signature des procès-verbaux de passation de services, renouvellement des engagements du président entrant ; tels ont été les moments de la succession de Sita Sangaré.

«Monsieur Lazare Banssé, en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés par la CAF et l'UFOA, nous vous installons au poste de président de la Fédération burkinabè de football».

C'est par cette formule solennelle que le directeur exécutif de l'Union des fédérations ouest-africaines, zone B, Boureima Balima, a autorisé le nouveau président de la Fédération burkinabè de football à désormais agir comme tel.

M. Banssé est donc maintenant le nouveau patron du sport roi au Faso. Il succède à Sita Sangaré, qui était aussi présent à cette cérémonie. Celui-ci, avant de rendre les clés de la maison, a fait le bilan de son dernier mandat.

Il en ressort que beaucoup d'investissements ont été faits notamment la réfection du stade Issoufou-Joseph-Conombo, l'électrification de certains terrains d'entraînement de clubs, le relèvement de la subvention allouée aux clubs de D1 et D2, ainsi que l'offre d'équipements sportifs aux équipes et aux arbitres.

Le colonel Sangaré dira que des efforts ont été faits en matière de professionnalisation du football, mais des difficultés ont émaillé le mandat.

«Mes engagements seront tenus»

Le président entrant, après avoir rendu hommage à son prédécesseur, a souligné qu'il a pris des engagements précis, portés sur des convictions fortes. «Il n'y a pas un discours avant et un autre discours après. Je tiendrai chacun de ces engagements. C'est pour moi une exigence absolue», a-t-il assuré.

Ce message sonnait comme une adresse à tous ceux qui pensaient qu'il n'aurait formulé que des promesses de campagne.

Il a rappelé que son ambition de «faire du Burkina Faso une grande nation de football» ne sera une réalité que si l'on s'occupe des domaines fondamentaux de notre football, comme son organisation, l'offre d'infrastructures et d'équipements, les ressources humaines, la gestion de la relève, l'environnement du footballeur et le football féminin.

Avec l'équipe « de combat » qu'il a constituée, Lazare Banssé a souligné qu'il va travailler à donner au ballon rond national ses lettres de noblesse en unissant les acteurs du football autour des mêmes objectifs.

Pour marquer son adhésion à une vision inclusive, il a promis qu'il n'hésiterait pas à faire appel à des personnes d'horizons différents, (des secteurs public et privé, des entreprises comme des associations).

D'ailleurs, il n'a pas manqué de lancer des phrases fortes. Morceaux choisis : «Il faut que les actions de la fédération deviennent plus concrètes pour tous les acteurs du domaine. Les chantiers seront ouverts sans attendre...

Je veux dire là où les choses bougent, là où on a envie, là où on innove, c'est la fédération burkinabè de football... Je veux que demain, on puisse dire que notre football est une fierté pour le Burkina, le symbole fort d'un pays qui va de l'avant...

Je travaillerai à taire les rancœurs et à apaiser les cœurs. J'appelle à l'union et au rassemblement pour le développement de notre football pour engranger des victoires pour nos équipes à tous les niveaux».

Les paroles sont poignantes, le verbe paraît sincère. Il reste au désormais président Banssé de traduire tout cela en actes. Et Dieu sait qu'il a les moyens de réussir sa mission.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.