Burkina Faso: Ministère de la Culture - Sango à table pour la redevabilité

Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) a organisé un déjeuner de presse le jeudi 10 septembre 2020 à Ouagadougou. Promotion du tourisme interne, bilan des conférences de diffusion du colloque de Dori sur l'extrémisme violent, préparatifs du FESPACO, tels étaient, entre autres, les thèmes au menu de la rencontre.

A l'entame de son propos, le ministre Sango a parlé du facteur covid 19 qui a fortement perturbé les activités de la culture.

Passé les premiers moments de frayeur constatés aussi à travers le monde, notre pays a repris ses activités, même si cela a été assez timide. Ce qui a permis, selon le ministre de la Culture, de parvenir à certains résultats concrets.

Ainsi dans le cadre de la protection et de la valorisation du patrimoine culturel, on a procédé à l'inscription de 22 446 biens dans les registres d'inventaire des musées sur une prévision cumulée de 32 000 biens, soit un taux de réalisation physique de 70%, à la soumission à la commission du patrimoine mondial, le 20 mai 2020, du rapport périodique de la convention 72.

Dans le même chapitre, l'enseignement des modules culturels et artistiques est un motif de satisfaction, car il est effectif dans 220 classes d'établissements pilotes à un taux de réalisation physique de 100%.

En soutien à cet élan pédagogique, le ministère de la Culture a mené une action toujours en faveur de l'enseignement, en renforçant les capacités d'accueil de l'Institut national de formation artistique et culturelle (INAFAC), à travers la construction d'un bâtiment R+1 de 80 salles de classe, de 2 bureaux et de 6 latrines.

A en croire Sango, avec cet ouvrage, son département envisage de faire de l'INAFAC une référence dans la sous-région.

Dans le cadre de la promotion culturelle, le principal investissement structurant concerne la poursuite de la construction d'ateliers pour le transfert du Centre national d'artisanat d'art (CNAA) au Musée national.

Au chapitre de la promotion du tourisme interne, un projet de loi d'orientation sur le tourisme a été adopté le 6 août 2020 en Conseil des ministres.

Cette loi devra permettre d'instituer un cadre juridique plus favorable à l'économie du tourisme afin de rendre le secteur plus dynamique et plus apte à participer au développement économique et social du Burkina Faso.

En outre, le département du tourisme a relancé et dynamisé le projet : « Connais-tu ton beau pays ? », le projet enfant, tourisme et environnement dénommé « Camp ETE ».

Il a également élaboré la cartographie des sites touristiques, édité et diffusé des cartes touristiques, créé une plateforme numérique des sites touristiques dénommée « Umap ». Sur lesdits sites (Loango, Boromo, Sindou et Karfiguela), le ministère de la Culture a effectué des travaux de réhabilitation des infrastructures.

Le MCAT a par ailleurs obtenu la réduction de 25% des tarifs hôteliers pendant la période des grandes vacances ainsi qu'une baisse de la TVA qui passe de 18% à 10% au profit des hôtels et restaurants. Le développement culturel du Burkina Faso se fait aussi en partenariat avec l'Union européenne.

Avec l'appui de cette structure, le Pays des hommes intègres bénéficie de la mise en œuvre du Programme d'appui aux industries créatives et à la gouvernance de la culture (PAIC GC).

L'objectif de ce projet quinquennal (2019-2024) est de créer une dynamique de développement culturel, à travers la création d'emplois dans les filières culturelles prioritaires. En novembre 2018, le MCAT a organisé un colloque national à Dori sur la lutte contre l'extrémisme violent.

Cette rencontre de réflexion, qui avait pour thème «La contribution de la culture à la prévention, à la lutte contre l'extrémisme violent et au renforcement de la cohésion sociale » a débouché sur l'édition d'actes avec une feuille de route diffusée dans 12 régions du pays.

A ce sujet le MCAT prévoit un atelier de capitalisation dans les jours à venir, en vue de produire un fascicule qui sera mis à la disposition de la jeunesse. L'Institut des peuples noirs (IPN), créé en avril 1990, a connu une mise en hibernation.

En 2020, la relance de l'ambitieux projet de l'IPN a été marquée par l'adoption le 6 août dernier d'un décret gouvernemental portant création du secrétariat technique de l'Institut des peuples noirs (ST-IPN). La mission de ce secrétariat consiste à relancer l'IPN, dans un contexte qui est nouveau, mais avec la persistance des problématiques d'existence de l'homme noir.

Ceux qui avaient des doutes sur la tenue de la prochaine édition du FESPACO ont obtenu une réponse claire. Le ministre de la Culture a déclaré lors de la rencontre avec les hommes de médias que son département préparait la 27e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO).

Prévue pour se tenir du 27 février au 6 mars 2021, la future édition aura un thème qui sera en rapport avec la contribution du cinéma à la culture de la paix. Dans le cadre des mesures contre l'impact de la covid 19, les acteurs et promoteurs culturels ont bénéficié d'un appui du président du Faso.

Une enveloppe initiale de 1, 25 milliard de FCFA a été octroyée puis rehaussée par la suite de la somme de 225 millions de FCFA. Un comité de gestion a été mis en place pour fixer les critères d'éligibilité et les mécanismes de sa répartition.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.