Afrique: Connect2Recover - L'UIT cherche à renforcer l'infrastructure numérique dans les pays touchés par le Covid-19

11 Septembre 2020

L'Union internationale des télécommunications (UIT) a lancé cette semaine l'initiative Connect2Recover afin d'aider les pays à se relever de la COVID-19 en élargissant l'accès à une connectivité financièrement abordable et fiable.

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

« La COVID-19 a démontré qu'il était absolument indispensable d'instaurer une véritable connectivité et a également permis de faire prendre conscience à la communauté mondiale de la nécessité de redoubler d'efforts pour connecter les 3,6 milliards de personnes qui ne disposent toujours pas d'une connexion Internet », a déclaré la Directrice du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT, Doreen Bogdan-Martin.

Selon l'UIT, la COVID-19 a montré que l'infrastructure numérique est une nécessité essentielle pour une participation pleine et entière à la société et à l'économie. La connectivité large bande s'est révélée essentielle pour aider les entreprises et les particuliers des pays à s'adapter à la pandémie, en leur permettant d'accéder aux informations sanitaires les plus récentes et de continuer de travailler, d'apprendre et d'entretenir des relations sociales à distance.

L'initiative Connect2Recover, appuyée par le Japon et l'Arabie saoudite, constituerait un premier jalon sur la voie de la reprise de l'activité et de l'amélioration de notre capacité en matière de préparation.

Elle a pour but d'élargir l'accès à une connectivité financièrement abordable et fiable, qui est une composante essentielle des stratégies adoptées par les pays pour se relever après la pandémie de COVID-19.

Trois grands axes

L'initiative Connect2Recover repose sur trois grands axes.

Dans un premier temps elle consistera à élaborer une méthodologie permettant de repérer les lacunes dans l'utilisation des réseaux et des technologies numériques au niveau national et de mettre en évidence les obstacles qui s'y opposent.

Cette méthodologie devrait permettre aux pays de faire face aux conséquences de la pandémie de la COVID-19 et à les atténuer, à être mieux préparés à des situations d'urgence analogues à l'avenir et à permettre le rétablissement des activités ainsi que la préparation à la « nouvelle normalité ».

Sur la base de cette méthodologie, l'initiative Connect2Recover aidera ensuite les pays à évaluer leurs besoins, les lacunes qu'ils ont pu constater et les obstacles auxquels ils se heurtent et à concevoir des stratégies destinées à garantir que l'infrastructure et les écosystèmes numériques soutiennent la reprise des activités et le retour à la « nouvelle normalité ».

Enfin, l'initiative Connect2Recover aura pour but de concevoir et de mettre en œuvre des projets pilotes visant à tester des solutions techniques concrètes allant dans le sens des stratégies et politiques nationales des pays. Des études approfondies seront également menées dans certains domaines numériques, selon les priorités définies par les pays sélectionnés, telles que les services financiers numériques, le cyberenseignement, la cybersanté, l'administration publique en ligne ou le télétravail.

L'Afrique d'abords

Dans un premier temps, l'initiative Connect2Recover s'adressera principalement à certains pays d'Afrique, qui figurent parmi les pays les moins bien connectés et sont durement touchés par la pandémie sur le plan socio-économique.

En marge des activités et programmes de travail liés au COVID-19 que l'UIT mène actuellement à bien en Afrique, l'initiative Connect2Recover vient renforcer les mesures prises de longue date par l'organisation pour accélérer la transformation numérique sur le continent africain et, partant, pour atteindre les objectifs de développement à long terme.

Sur les 25 pays figurant parmi les pays les moins connectés, 21 se trouvent en Afrique. Selon la stratégie de l'Union africaine en matière de transformation numérique pour l'Afrique, près de 300 millions d'Africains vivent à plus de 50 km d'une connexion large bande par fibre optique ou par câble. L'accès à l'internet à haut débit reste donc hors de portée pour de nombreux Africains, ce qui les empêche de tirer pleinement parti des possibilités qu'offre la transformation numérique.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.