Cote d'Ivoire: Amélioration de l'accès aux crédits - Nouvelles exigences encadrant la demande et l'offre de crédits s'imposent

Problématique de l'accès au crédit en Côte d'Ivoire". C'est autour de ce thème que le ministère de l'Economie et des finances a organisé, hier, en accord avec l'ensemble des acteurs, un petit déjeuner de presse à l'Hôtel Tiama pour plancher sur les nouvelles exigences encadrant la demande et l'offre de crédits dans l'espace UEMOA.

Le directeur de cabinet adjoint du ministère de l'Economie et des finances, Bamba Vassogbo, a indiqué, au nom de sa tutelle, que cette tribune avait pour but de sensibiliser les populations ivoiriennes sur le nouveau dispositif régissant la demande et l'offre de crédit, et d'encourager les populations à s'inscrire résolument dans cette nouvelle dynamique.

Car selon lui, l'accès des populations et des entreprises aux systèmes financiers est un facteur essentiel de croissance inclusive et durable.

Il a également indiqué que face au faible niveau de l'accès des populations aux services financiers, le gouvernement a pris des mesures, dont la création de l'Agence de Promotion de l'Inclusion Financière (APIF) ; l'adoption de la Stratégie Nationale d'Inclusion Financière 2019-2024 ; la mise en place d'un Observatoire de la Qualité des Services Financiers (OQSF) et d'un programme d'éducation financière au profit des jeunes, des femmes et des PME.

Il a ajouté que dans cette même dynamique, la BCEAO a entrepris, depuis le début de l'année 2013, la promotion des Bureaux d'Information sur le Crédit (BIC) dans l'UMOA, qui s'est achevée avec le démarrage officiel, depuis le 1er février 2016, des activités de la Société CREDITINFO-VOLO.

LE BIC UNE BOUFFEE D'OXIGENE

La mise en place du BIC vise à réduire l'asymétrie d'informations entre les prêteurs et les emprunteurs, afin : d'améliorer l'accès des populations aux services financiers à des coûts réduits ; d'assainir la qualité du portefeuille des établissements assujettis via une meilleure gestion des risques ; et d'accroître l'efficacité de la supervision de l'activité de crédit, par l'anticipation du surendettement des emprunteurs et la maîtrise du risque systémique. Les efforts déployés depuis la mise en place du BIC ont permis d'atteindre d'importants résultats avec 2 968 811 personnes référencées à fin 2018 pour 3 052 000 au 31 mars 2019.

Ces résultats, il convient de le noter pour s'en féliciter, dépassent largement l'objectif de 712 000 personnes retenues à fin 2017 » a relevé le représentant du ministre Adama Coulibaly.

Qui a aussi fait savoir que certes l'indicateur « accès au crédit » est passé au vert en 2018 mais le système de partage de données sur le crédit demeure confronté à quelques difficultés notamment la faiblesse du recueil des consentements par les établissements assujettis ainsi que l'insuffisance du nombre de prêts dans la base du BIC et des consultations des rapports de crédit par les établissements assujettis.

LE MCC SALUE L'INITIATIVE

Le point focal MCC, représentant le Ministère de l'Economie et des Finances dans le Comité National de Suivi des Indicateurs du MCC, Sambro N'guessan, s'est réjoui de cette initiative en ce sens que cette situation impacte négativement le niveau de performance de l'indicateur « accès au crédit » du MCC dont le score est passé de 85% en 2018 à 81% en 2019, soit un recul de 4 points en une année. Intervenant au nom du Coordonnateur national de la cellule de suivi des indicateurs du MCC, le DGA de l'APEXI, Gérard Amangoua, a fait une communication relative au contexte lié au maintien de l'éligibilité de la Côte d'Ivoire au programme MCC, ainsi que la présentation dudit programme.

Le directeur national de la BCEAO a exposé, pour sa part, sur le dispositif de partage de données sur le crédit avec le Bureau d'information sur le crédit dans l'UEMOA.

Le directeur général de Crédit info-Volo, Sambaré Amadou, a, quant à lui, fait un tour d'horizon sur le pilotage, la coordination et le suivi de la réforme, l'implication et la participation des acteurs.

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.