Burkina Faso: Mesures contre la Covid-19 - La réouverture des frontières terrestres à l'étude

10 Septembre 2020

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé, le jeudi 10 septembre 2020, au palais de Kosyam à Ouagadougou, un séminaire gouvernemental sur la gestion de la pandémie de la COVID-19.

Le gouvernement est déterminé à « maîtriser davantage », la pandémie de la COVID-19. Même si, le pays enregistre de moins en moins de cas, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a jugé nécessaire de réunir son équipe pour réfléchir à la suite de la gestion de la pandémie qui constitue selon ses dires, un des éléments stratégiques gérés depuis un certain temps par l'exécutif.

Le conclave qui a eu lieu, hier jeudi 10 septembre 2020, au palais de Kosyam, a été l'occasion pour le gouvernement de passer au peigne fin, la préparation du plan de riposte de l'épidémie du coronavirus.

« Le Burkina a été éprouvé comme les autres pays par la pandémie qui a remis en cause beaucoup de fondamentaux au niveau du développement économique et social.

Dès le début de la crise, en mars dernier, un plan de préparation et de riposte à l'épidémie du coronavirus a été adopté par le gouvernement», a rappelé, le Premier ministre, à l'issue de la réunion ministérielle.

Faisant le point de leurs échanges, il a confié que le gouvernement a décidé de renforcer davantage la synergie d'actions entre les différents secteurs d'activités au niveau national.

M. Dabiré a expliqué qu'à la suite de l'adoption par l'Assemblée nationale de la loi de finances rectificatives, il est important que le ministère en charge des finances travaille à disponibiliser les ressources financières pour permettre à chaque comité sectoriel de lutte contre la COVID-19 de pouvoir exécuter conséquemment son plan d'actions.

Situation sous contrôle

La question de la réouverture des frontières a été aussi au centre des échanges. Sur ce point, le Premier ministre a indiqué que les réflexions se poursuivent pour la gestion de l'ouverture des frontières, car les cas importés ont contribué à une explosion de la maladie.

« Nous sommes en train de réfléchir à l'ouverture des frontières terrestres et ferroviaires. Nous appartenons à un espace communautaire et nous ne pouvons pas ouvrir les frontières si, de l'autre côté, elles ne sont pas ouvertes.

Nous sommes en discussion avec les autres pays pour voir comment nous allons les ouvrir de façon concertée en nous assurant qu'elles ne vont pas créer une explosion de la pandémie dans notre pays », a-t-il soutenu.

Les participants au séminaire gouvernemental ont également demandé au secrétariat exécutif d'approfondir le plan national de riposte, en intégrant la composante « recherche scientifique et le protocole médical » qui permettront d'avancer sereinement vers la maîtrise de la pandémie.

Cette maîtrise a explicité, le Premier ministre, permettra de situer la COVID-19 sur la liste des maladies comme le paludisme, la diarrhée... qui sont considérés aujourd'hui comme des maladies ordinaires. «

Nous sommes en train de travailler pour qu'elle se fasse dans de meilleures conditions et dans un délai raisonnable pour permettre aux populations de vivre normalement et à l'économie de redémarrer avec le plan de relance préconisé par le chef de l'Etat et sa mise en œuvre dans les départements ministériels », a ajouté le Premier ministre.

Il s'est réjoui que la situation (pandémie) soit sous contrôle, même si, le pire avait été prédit pour des pays dont le système de santé est fragile.

« Nous nous sommes bien tirés de la situation. Nous pouvons être satisfaits de la manière dont nous avons géré l'ensemble de la crise », a-t-il affirmé. Maintenant, a-t-il souhaité, il faut garder la vigilance pour éviter que le nombre de cas positifs n'augmente.

Pour y parvenir, il a invité les populations à continuer à respecter les mesures-barrières et les différentes restrictions (port du masque... .).

Lors de la réunion ministérielle, la question de la rentrée scolaire a aussi alimentée les échanges. Le chef du gouvernement s'est voulu rassurant.

A l'entendre, si la réouverture des écoles a été décidée, le gouvernement mettra tous les moyens pour que les établissements ne soient pas des foyers de propagation de la maladie.

De ce fait, il a rassuré les parents d'élèves, que toutes les dispositions seront prises pour respecter les mesures- barrières.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.