Angola: La construction de la Raffinerie de Cabinda pourrait commencer à tout moment

Luanda — Une des conditions requises pour le démarrage des travaux de construction de la Raffinerie de pétrole de Cabinda vient d'être remplie, le Certificat d'assurance et de contrôle confirmant le déminage total du périmètre du chantier ayant été délivré jeudi à la Société nationale des hydrocarbures d'Angola (Sonangol).

En qualité de coordinatrice de la Commission exécutive du déminage, la ministre d'Action sociale, Famille et promotion de la Femme, Faustina Alves a remis aux autorités locales ledit Certificat, en présence du président du Conseil d'administration de la Sonangol, Sebastião Gaspar Martins.

Dans son mot de circonstance, le patron de la Sonangol a déclaré que la livraison du Certificat d'assurance et de contrôle marquait une étape importante du projet de construction de la Raffinerie de Cabinda.

Soixante mille (60.000) barils de pétrole/jour, telle sera la production de la Raffinerie de Cabinda, qui sera construite par étape, a-t-il dit.

L'industrie produira 30.000 barils/jour, dans sa première phase de construction, qui pourrait être achevée en 2021, a-t-il expliqué.

Dans sa troisième phase, en 2023, la raffinerie produira également du gasoil/diesel, carburant utilisé par les avions et les naphtas, contribuant ainsi à l'approvisionnement du marché local et à la dynamisation des exportations angolaises, a-t-il souligné.

Le début formel des travaux de construction de la raffinerie était prévu pour août 2020, sur le plateau de Malembo, à environ 30 kilomètres de Cabinda, chef-lieu de la province du même nom, située à l'extrême nord-ouest de l'Angola.

Au total un périmètre de 330 hectares a été déminé, durant sept mois, par un bataillon des Forces armées angolaises (FAA) avec l'appui de l'Institut national de déminage (INAD).

Ayant coûté 53 millions de kwanzas, les opérations de déminage ont abouti au désamorçage de huit engins explosifs, trois mines antipersonnel, sept munitions diverses et 5.318 métaux variés.

La construction de la raffinerie, dont le parachèvement est prévu en 2023, est un investissement de 500 millions d'USD.

Trente (30) millions de dollars US ont été ajoutés à cette valeur initiale par la Gemcorp, en qualité d'actioniste et partenaire de la Sonaref dans ce projet.

Ce montant additionnel est destiné à un système de pipeline et de boyaux d'amarrage, pour permettre l'attraction de navires de grand tonnage près de la raffinerie, en vue de ravitailler le marché national et extérieur.

La Gercorp a signé en janvier 2020 un Accord avec la Sonaref, entreprise subsidiaire de la Sonangol, pour la construction de la raffinerie de Cabinda.

La raffinerie de pétrole en Angola est un projet décisif du secteur, étant donné que le pays importe jusqu'ici la totalité des carburants qu'il consomme.

Une fois opérationnelle, la raffinerie de pétrole de Cabinda pourrait créer environ 1500 postes d'emploi nouveaux, directs et indirects.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.