Mali: La pression reste sur la junte malienne

Les militaires du Comité national pour le salut du peuple ont consulté les groupes armés signataires de l’accord de paix sur la poursuite de l’application de l’accord et sur les modalités de la transition politique au Mali, le 1er septembre 2020.
11 Septembre 2020

Les concertations nationales en vue d'une transition se poursuivent à Bamako. Elles sont censées recueillir la volonté de tous les Maliens.

C'est une figure de proue du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques, le M5-RFP, qui dirigera les discussions au sein du plus grand des cinq groupes qui composent les concertations nationales.

Arborant un pin's aux couleurs de son mouvement, l'imam Oumarou Diarra a pour autant refusé de parler en son nom.

"Dans cette salle, c'est le Malien qui se retrouve dans sa diversité. Donc il me faut mettre les choses en ordre pour dire à tous les partisans du M5 qui se trouvent dans cette salle que l'on parle aujourd'hui du Mali et pas du M5", explique Imam Oumarou Diarra, président d'un groupe de travail.

Politiciens, syndicalistes et société civile

Ce n'est pas tous les Maliens qui se trouvaient ce jeudi dans le Centre international de conférences de Bamako mais 500 politiques, représentants de la société civile ou encore syndicats qui étaient consultés sur la démarche à suivre pour adopter une transition inclusive.

Particulièrement actif dans la salle, l'ancien premier ministre Moussa Mara, explique le programme.

"Première étape : le projet de feuille de route qui nous a été présenté. Donc nous devons la regarder, amender, valider ou pas. Ce sera toute la journée d'aujourd'hui, et demain il s'agira de la charte. « Et j'espère qu'un consensus se dégagera à la fin des ateliers de trois jours", déclare l'ancien premier ministre. A lire aussi→ Ce que des Maliens proposent pour la transition

Des experts attentifs

Une feuille de route et une charte rédigées par un comité de 20 experts, présents dans certains groupes, attentif aux remarques des participants.

"Nous écoutons les participants et nous allons intégrer les observations faites ou les recommandations des différents participants. Comme cela a été le cas dans la validation des termes de références", fait observer Soungalo Traoré, économiste de formation, en fait partie.

Absence de la CMA

Si la Coordination des mouvements de l'Azawad, qui réunit les anciens rebelles signataires de l'accord de paix de 2015, manque à l'appel, les personnalités de tout le Mali sont réunies à Bamako.

"Comme vous le voyez on donne la parole à qui veut la prendre et nous allons faire en sorte que toutes les observations pertinentes soient intégrées", explique Soungalo Traoré qui se dit confiant et même optimiste pour la suite des discussions axées sur la Charte, donc la Constitution de la transition et qui déboucheront, peut-être, sur des pistes pour la nomination de son président.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.