Afrique: Nous devons investir dans notre système de santé

Le Dr Mamadu Baldeh est un médecin de 31 ans rattaché à l'unité des maladies infectieuses et d'isolement de l'hôpital Connaught, dans le Complexe hospitalo-universitaire de l'Université de Sierra Leone, à Freetown.

Related stories

"Soyez prudent, respectez la distanciation sociale et lavez fréquemment les mains"

"Investir dans les systèmes de santé pour vaincre les futures pandémies"

Nous nous en sortirons si nous nous unissons et si nous nous soutenons les uns les autres

La lutte contre la COVID-19 est ma contribution pour aider mon pays

Parlez-nous un peu de vous.

Je suis Mamadu Baldeh, un médecin de 31 ans rattaché à l'unité des maladies infectieuses et d'isolement de l'hôpital Connaught, dans le Complexe hospitalo-universitaire de l'université de Sierra Leone, à Freetown, en Sierra Leone.

Je suis également assistant de recherche clinique et démonstrateur d'anatomie au 'College of Medicine and Allied Health Sciences', de l'Université de Sierra Leone. Je suis le président de l'Association des jeunes médecins de Sierra Leone.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé ? Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans ce domaine ? Avez-vous des craintes ou des regrets ?

Je suis médecin depuis près de quatre ans, je fournis des soins cliniques et j'enseigne la médecine à l'Université de Sierra Leone. Ma première expérience clinique après avoir quitté la faculté de médecine a été de servir comme médecin volontaire pendant les Jeux olympiques de 2016 à Río de Janeiro, au Brésil.

J'ai grandi en tant que scout, donc le service aux autres m'apporte de la satisfaction. Enfant, j'envisageais une carrière de service : m'occuper des personnes qui souffrent et qui sont mal à l'aise. J'ai donc décidé de devenir médecin.

Ma plus grande crainte est de voir les patients mourir faute d'infrastructures médicales. Nous avons des médecins extraordinaires en Sierra Leone, mais nous devrions pouvoir agir.

Comment contribuez-vous à la lutte contre la COVID-19 dans votre pays ? En quoi votre travail a-t-il changé depuis l'apparition de la COVID-19 ?

En tant qu'officier responsable de la plus grande unité d'isolement de la COVID-19 en Sierra Leone, je vois des patients qui sont parfois dans un état critique. Nous fournissons à chaque cas suspect un ensemble d'équipements vitaux de chevet, un test de diagnostic rapide et des médicaments d'urgence. Ces derniers permettront de réduire le risque éventuel d'infection par transmission croisée.

La plupart des cas à l'échelle nationale passent par notre établissement. En tant que seul médecin rattaché à l'unité, je dors parfois dans l'établissement où je m'occupe des patients.

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation liée à la COVID-19 ? Qu'est-ce qui vous permet de continuer ? Comment affrontez-vous cette situation ?

Ce qui m'affecte, c'est d'expliquer aux patients présentant des symptômes légers qu'ils sont positifs à la COVID-19. Parfois, un patient peut remettre en question un résultat de laboratoire ou même notre jugement médical. Mais nous continuons à nous motiver au sein de l'unité pour faire de notre mieux pour tous nos patients.

De plus, la plupart des cas qui arrivent dans notre unité sont fortement suspectés d'être atteints de la COVID-19, mais peuvent présenter des comorbidités de longue date. Par conséquent, suite au test, qu'il s'agisse ou non de la COVID-19, il y a des nouvelles défavorables pour un patient présentant des conditions de santé antécédentes.

Enfin, en l'absence de programme de dépistage général actif pour identifier les patients asymptomatiques ou légèrement symptomatiques, ceux qui finissent par se faire tester risquent de présenter déjà des symptômes graves de la COVID-19, ce qui complique la prise en charge de la maladie.

Étant donné qu'un pourcentage énorme de la population vit de ses revenus quotidiens, les ressources disponibles devraient être affectées au soutien des familles pendant une période de confinement prolongé, de deux à trois semaines ou plus.

Quelle stratégie, selon vous, a bien fonctionné dans cette lutte et qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ? Que faut-il faire pour remporter la bataille contre la COVID-19 ?

Dans les premiers jours de la lutte contre la COVID-19, il semblait que nous étions en avance sur le virus. Nous étions parmi les derniers pays au monde à enregistrer des cas. Des mesures telles que la sensibilisation communautaire, les messages d'hygiène, la distanciation sociale et la fermeture de l'aéroport international ont toutes donné de bons résultats.

Étant donné qu'un pourcentage énorme de la population vit de ses revenus quotidiens, les ressources disponibles devraient être affectées au soutien des familles pendant une période de confinement prolongé, de deux à trois semaines ou plus. Le confinement perturbe la période d'incubation du virus et réduit considérablement la transmission au sein de la communauté. Cela nous donne également suffisamment de temps pour effectuer un dépistage, évaluer les communautés suspectes et isoler les patients asymptomatiques.

Deuxièmement, nous devons nous procurer davantage de kits de tests et effectuer davantage de tests. Le personnel de santé a besoin d'EPI (équipement de protection individuelle) pour continuer à combattre le virus.

Les masques devraient être obligatoires pour tous ceux qui se trouvent en dehors de leur domicile.

Enfin, la stratégie d'information du public doit être cohérente. Pour contrer les fausses nouvelles, nous ne devrions pas avoir de divergences dans les informations que nous communiquons à la population en général.

Quel est votre message aux habitants de votre pays et aux Africains en général, en cette période de la COVID-19 ?

Mon message est que la COVID-19 est réelle, et que la meilleure chance que nous avons de gagner la bataille est de suivre les mesures mises en place par les autorités, notamment l'utilisation de masques faciaux, l'observation de la distance sociale, le lavage régulier des mains et d'autres règles d'hygiène. Ces mesures contribueront à aplatir la courbe.

Mon message aux autorités est le suivant : veuillez renforcer notre capacité de test.

Nous avons la responsabilité d'investir dans notre système de santé en permanence, et pas seulement en cas de crise sanitaire.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.