Cameroun: UN75 - La jeunesse camerounaise se fait entendre

Les voix camerounaises pourraient être parmi les voix africaines les plus fortes, lorsque les Nations Unies publieront leur rapport sur nos désirs d'avenir, en début d'année.

"Il est intéressant de noter que le Cameroun est devenu le pays qui a généré le plus grand nombre de réponses lors de la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août. C'était très opportun, et nous ne pourrions pas être plus reconnaissants au travail et à l'engagement des jeunes volontaires et dirigeants camerounais"

Siti Batoul Oussein, Coordinateur résident des Nations unies par intérim au Cameroun

Au mois d'août, plus de 35 0000 citoyens ont partagé leurs points de vue, répondant à l'appel de participation à une conversation mondiale pour réinventer l'avenir.

Les jeunes se sont rendus dans tout le pays. Ils ont amené d'autre jeunes à partager leurs idées et à exprimer leurs craintes.

A l'approche de son 75 anniversaire en septembre, l'organisation avait lancé une conversation mondiale et invité les citoyens à exprimer leurs points de vue et à partager leurs idées sur "l'avenir que nous voulons" pour les 25 prochaines années.

Par tout le monde, les citoyens ont été invités à répondre à un court sondage, notamment sur la pandémie actuelle de la COVID-19 et sur d'autres préoccupations mondiales.

Le sondage, traduit dans plus de 60 langues, est en ligne et ne requière qu'une minute pour être remplie.

Il est également possible de participer à l'enquête en organisant ou en participant à un dialogue de UN75 et à travers les réseaux sociaux.

Au Cameroun, et dans de nombreux autres pays du monde où l'accès à l'internet n'est pas toujours facile, les voix de la majorité pourraient ne pas être entendues.

Ainsi, à la manière ancienne, les Nations Unies au Cameroun, en collaboration avec des organisations de la société civile, sont allées à la rencontre des gens là où ils se trouvaient et ont eu des conversations en tête-à-tête avec eux sur les questions de l'enquête.

De juin à la mi-août, plus de 100 volontaires se sont rendus sur les marchés, ont parlé aux personnes dans la rue, ont engagé des chauffeurs de taxi et ont eu des conversations dans les écoles et avec les travailleurs sur leur lieu de travail.

Ils ont distribué des copie-papiers de l'enquête dans des communautés de 10 villes, ont recueilli les réponses de plus de 35 000 personnes et les ont ensuite mises en ligne, s'assurant que ces idées font partie de la conversation globale qui détermine l'avenir.

Grâce à cette stratégie, le Cameroun serait en tête du classement mondial des villes ayant répondu à l'enquête de UN75, Bamenda, Douala et Yaoundé étant les trois premières villes du monde à avoir recueilli le plus de réponses.

C'est "un incroyable aboutissement qui démontre le dynamisme et le dévouement de la jeunesse camerounaise pour rajouter leurs voix à l'appel de UN75 pour le monde qu'ils veulent", a remarqué Siti Batoul Oussein, un temps, Coordinatrice résidente de l'ONU par intérim au Cameroun.

"Il est intéressant de noter que le Cameroun est devenu le pays qui a généré le plus grand nombre de réponses lors de la Journée internationale de la jeunesse, le 12 août. C'était très opportun, et nous ne pourrions pas être plus reconnaissants au travail et à l'engagement des jeunes volontaires et dirigeants camerounais", a-t-elle ajouté.

Un rapport sur la Campagne UN75 sera présenté au Secrétaire général lors de la prochaine Assemblée générale dans quelques semaines. La campagne se déroule jusqu'au 31 décembre. Un rapport final sera publié au cours de la nouvelle année.

Pour prendre part à la conversation sur l'UN75 et faire entendre votre voix, rendez-vous sur le site www.un.org/un75 et suivez @JoinUN75

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.