Centrafrique: Elections - La présidentielle et les législatives pourraient être reportées

Au cours d'une réunion, la majorité présidentielle, l'opposition et la société civile sont parvenues, le 10 septembre, à un consensus sur « l'impossibilité » d'organiser dans les délais les élections prévues en décembre, en raison des retards dans l'enregistrement des électeurs.

L'opposition et la société civile ont assuré que l'Autorité nationale des élections (ANE) est confrontée à d'énormes difficultés et ne pourra pas organiser le scrutin en décembre prochain.

Selon le calendrier, une convocation des électeurs est prévue pour le 27 septembre, alors que l'enregistrement doit se prolonger jusqu'au 11 octobre au moins. Ce qui est impossible pour l'ANE , si l'on s'en tient au code électoral. « Les parties prenantes au cadre de concertation du processus électoral n'avaient donc plus d'autres choix que d'acter le fait qu'un report des élections était devenu inévitable », expliquent des sources diplomatiques à Bangui.

La Cour constitutionnelle a exigé à l'ANE d'annoncer à l'exécutif qu'elle est dans l'impossibilité de respecter les délais constitutionnels. Peu avant, l'opposition, regroupée au sein du COD-2020, a rencontré le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, et lui a demandé de prendre acte de l'impossibilité d'organiser les élections dans les délais et de débuter « une concertation », en vue d'arriver à « un glissement électoral consensuel ».

L'opposition et la société civile s'engagent à accepter une prorogation des mandats présidentiel et parlementaire. Ensuite, ils exigent en échange un gouvernement d'union nationale présidé par l'un d'eux.

Rappelons que l' élection présidentielle en RCA a lieu le 27 décembre prochain, avec un éventuel second tour le 14 février 2021, afin d'élire le président de la République pour un mandat de cinq ans. Des élections législatives ont lieu en même temps que le premier tour.

L'ancien président, François Bozizé, a annoncé sa candidature le 25 juillet. Anicet Georges Dologuélé a été investi candidat en août par son parti, l'Union pour le renouveau centrafricain. Cathérine Samba-Panza, chef de l'Etat au cours de la période de transition de 2014 à 2016, a aussi annoncé sa candidature le 28 août. L'ancien Premier ministre, Martin Ziguélé, se porte également candidat sous la bannière du Mouvement de libération du peuple centrafricain.

De retour à Bangui, le 7 septembre, l'ex-président centrafricain, Michel Djotodia, laisse encore planer le doute, quant à sa possible candidature.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.