Cote d'Ivoire: Nouvel album/Bebi Philip - "On the track", c'est le 19 septembre

11 Septembre 2020

Amessan N'Guessan alias Bebi Philip, pour les fans, revient sur la scène musicale avec un album de 16 titres."Prophétie","maladie du cœur", "One Way", "Samathanks" (en feat avec Mohamed Diaby), "No limit" (en featuring avec Kerozen), "Mé Yoff" (avec une collaboration de Josey) sont quelques uns des titres qui figurent sur cet opus.

Selon l'artiste reçu dans les locaux de Fraternité Matin le jeudi 10 septembre, la galette musicale intitulée "On the track" sera disponible le 19 septembre à 00h 01, sur toutes les plateformes de streaming.

« On the track » sera disponible physiquement et sur toutes les plateformes de téléchargement. « Pour l'écouter, et surtout avoir la primeur, il faut rester connecter sur toutes les plateformes de streaming.

Après chacun pourra courir vers les lieux de distribution pour se procurer le CD », a tenu à préciser Bebi Philip, chanteur, compositeur, arrangeur musical et musicien.

L'album est à moitié financé par les fans de l'artiste à qui il exprime toute sa gratitude : « C'est une première dans le milieu de la musique dans les pays francophones. C'était difficile de me lancer dans cette levée de fonds pour financer l'album.

Je savais que cette initiative serait mal vu et mal interprétée même si cela se fait ailleurs. Le sachant, j'ai pu avoir la force de solliciter mes fans qui, au contraire, ont bien répondu et apprécié. Surtout, dans ce contexte où la Covid-19 a chamboulé les projets. Cet album marque mes 10 ans de scène. Ils ont répondu présent ».

Du fonds du cœur, il a dit un grand merci à tous ces mécènes de la Côte d'Ivoire et ailleurs en Afrique et ceux de la Diaspora qui ont eu confiance en lui.« J'ai sollicité 20 000 euros (13 millions) et j'ai eu un peu plus. C'est un grand geste. C'est la première fois. Vous ne serez pas déçus », a promis l'artiste.

Néanmoins, il a réitéré sa demande d'aide à la création à sa tutelle (ministère de la culture et de la francophonie) et au Burida qui, selon lui, jusqu'à présent, n'ont pas répondu à son appel.

« J'entends dire qu'il y a eu des fonds. Mais, le Burida n'a pas donné de suite à ma demande. Est-ce que je ne suis pas assez productif ? Je ne le sais pas. Mais, je voudrais profiter pour dire que mon nouvel album "On the track", c'est 16 titres que je donne aux mélomanes et aux fans.

Et pour les 16 titres, c'est en moyenne, 3 millions de F Cfa pour une chanson. Pour 10 titres déjà, tu es à 30 millions de F Cfa. Je n'ai pas fait un album de remplissage. Mais un travail de réflexion. Un travail professionnel.

Ceux qui ont eu l'occasion de l'écouter savent de quoi il s'agit. Et nous avons besoin de promouvoir ce qui vient d'ici. La majeure partie de ceux qui ont contribué à la production de l'album viennent de l'extérieur.

L'on dit qu'on n'est pas prophète chez soi, mais il faut quand même un peu de dignité. Je ne veux pas forcer la main au Burida ni au ministère de la Culture, mais voici la réalité. Déjà étant Ivoirien, nous avons du mal à consommer ce qui vient de chez nous.

Je pense qu'avec cet album, les Ivoiriens doivent commencer à consommer ivoirien. Nous avons enregistré un album en respectant les codes.

Vous voulez écouter de la musique, je vous offre la bonne, la raffinée, des textes de maturité, des chansons pleine de sens.

Je vous offre de l'amour. Un album ne se danse pas seulement. Mieux, il s'écoute tranquillement. On the track sort le 19 septembre 2020. Je vous donne rendez-vous », a invité BBP.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.