Niger: Massacres d'Inates - Le ministre de la Défense conteste les conclusions de la CNDH

Au Niger, le ministre de la Défense continue de soutenir son armée envers et contre tous. Issoufou Katambe nie, une nouvelle fois, toute responsabilité de ses soldats dans les massacres qui ont endeuillé le secteur d'Inates, dans la région de Tillabéri, au nord-ouest du pays.

Au Niger, les massacres d'Inates ont eu lieu en mars et avril derniers et ont fait au moins 71 morts. Les conclusions d'une enquête menée par la Commission nationale des droits humains (CNDH) accusent des éléments de l'armée nigérienne d'être responsables de ces tueries de victimes civiles dont les corps ont été retrouvés dans plusieurs fosses communes de la région.

Issoufou Katambe, ministre de la Défense nigérien, estime que c'est à la justice d'établir la vérité sur ce qui s'est passé.

L'armée ne se reconnait pas à travers ces massacres et nous continuons à apporter notre soutien aux forces de défense et de sécurité dans le combat qu'elles mènent de jour et de nuit contre les terroristes ou contre la criminalité transfrontalière.

J'ai reçu le rapport de la CNDH. J'ai accusé réception et l'ai envoyé au niveau de la juridiction compétente.  La CNDH a dit ce qu'elle a à dire. Nous avons dit ce que nous avons à dire. Attendons que la juridiction tranche.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.