Congo-Kinshasa: Suffrage indirect - Jean-Lucien Bussa s'en tient au référendum constitutionnel de 2005

Depuis quelques jours, il n'est plus à rappeler que le débat amorcé par certains cadres du Front Commun pour le Congo, FCC en sigle, plateforme politique chère à Joseph Kabila, Président honoraire de la RDC, au sujet de l'option du mode de scrutin à suffrage indirect fait mouche tant dans l'agora politique que dans le chef de la population congolaise.

Une initiative qui a provoqué un tollé de réactions. Parmi lesquelles il est possible d'appréhender l'indignation de Jean- Lucien Bussa, Ministre du Commerce Extérieur, Cadre du FCC et Président du Courant des Démocrates Rénovateurs (CDER). Ce dernier, sur ce sujet, s'est désolidarisé de ses camarades politiques du FCC, auteurs de la démarche visant une mutation du mode de scrutin à l'horizon 2023, et il soutient coute que coute au respect inaltérable du choix du souverain primaire qui, il y a quinze ans passés, s'est prononcé sur toutes ces donnes par un référendum constitutionnel.

Dans sa communication, il a, par ailleurs, souligné la possibilité d'effectuer d'autres types de réformes électorales dans l'optique de pouvoir optimiser le système électoral congolais, en le dotant des lois susceptibles de renforcer la crédibilité des élections en République démocratique du Congo.

Il y a lieu, avec l'allure qu'ont les choses, de se questionner sur l'acharnement déployé sur les enjeux électoraux et leurs pourtours. Ce, dans une situation où la RDC sort d'une crise électorale élastique et n'est qu'à la deuxième année de gouvernance du nouveau régime. Et, dans le cas d'espèce, le FCC initiant la démarche de cette réforme est grandement partie prenante à la gestion du pays.

La question qui se pose est donc : gérer et améliorer le quotidien de la RDC ou se focaliser sur les prochaines échéances électorales ? Une problématique au sujet de laquelle plusieurs donnent la langue au chat.

Entre gestion et amélioration de la vie du peuple congolais - préparation aux élections - initiation des réformes électorales, il y a lieu de s'interroger sur la destination vers laquelle fonce la navette de la République Démocratique du Congo.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.