Madagascar: Cinéma - « Les droits de diffusion télévisuelle d'un film s'acquièrent »

Retour sur un cas exceptionnel cette semaine, où un grand cru hollywoodien sort officiellement en salle en même temps qu'il se diffuse à la télé. Chamboulant plus ou moins les habitudes des cinéphiles.

Depuis le début de cette année, le film « Mulan » fut continuellement sujet à débat. La pandémie n'a pas arrangé les choses et la sortie en salle du film fut repoussée à maintes reprises, jusqu'au coup de grâce pour les salles de cinéma, quand Disney annonça la sortie exclusive du film sur sa plateforme de streaming « Disney + » au début du mois de septembre. Dans certaines régions, le film reste à sortir exclusivement en salle et ce, bien avant d'être disponible en streaming.

C'est le cas notamment pour Madagascar, où Cinepax Madagascar a acquis les droits de diffusion de « Mulan ». Malheureusement, cette décision a aussi fait les choux gras de certains, qui ne se sont pas privés de télécharger et de distribuer illégalement le film. Ainsi, certaines stations télés de la capitale ne se sentent pas gênées de l'annoncer déjà dans leur programmation et ce, sans en avoir acquis les droits. D'un film animé teinté d'humour et familial, « Mulan » devient un péplum asiatique, sublimé d'un zeste d'héroïque-fantaisie. Une décision que nombreux saluent, mais que des fans de la première version désapprouvent. Contrairement aux récentes adaptations des dessins animés de Disney en longs métrages réalistes, ce dernier semble s'éloigner dans sa grande majorité de l'œuvre originale.

De mauvaises habitudes

Une histoire unique en son genre, qui bien au-delà de l'héroïne principale du film en question, l'histoire du film qu'est « Mulan » s'affirme ainsi en elle-même comme des plus atypiques. Le fait est que la diffusion en salle du dernier film des studios Disney s'en est allé de pair avec sa diffusion sur les stations télés de la capitale, mais surtout sa disponibilité précoce en téléchargement illégal.

Les premiers concernés, à savoir les salles de cinéma n'ont pas ainsi tardé à faire savoir leur mécontentement et ont avisé les stations télés concernés de ce qu'il encourt de violer les droits de diffusion d'un film en salle. Pour rappel, la loi en vigueur stipule que, hors du cadre familial, la diffusion d'un film devient une diffusion publique qui doit faire l'objet d'une autorisation et d'un contrat de cession de droits. Ainsi, il est impératif d'obtenir et de demander l'autorisation de diffusion au producteur du support. Ceci étant, dans un pays comme Madagascar où le regain d'intérêt pour les salles de cinéma ne date que de deux ans maintenant, les mauvaises habitudes des dernières décennies restent. « Mulan » n'étant pas une exception dans ce cas-là, puisque les cinéphiles malgaches ont longtemps été habitués, malgré eux, aux téléchargements illégaux afin de pouvoir profiter des dernières sorties hollywoodiennes.

N'en déplaisent aux salles de cinéma, mais d'une version « DVDRip » au très moyen « TSCam » filmé à même dans la salle, les malgaches ne se privent pas du bonheur de voir un bon film. Heureusement, les salles comme Cinepax Madagascar promeuvent et privilégient une expérience cinématographique aux normes, à profiter uniquement sur place.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.