Burkina Faso: Commune de Ouagadougou - Amadou Sana, nouveau 2e adjoint au maire

La commune de Ouagadougou connaît, depuis le lundi 14 septembre 2020, le 2e adjoint au maire de la ville, en la personne d'Amadou Sana. Son élection, par acclamation, à l'espace culturel Jean Pierre fait suite au décès de l'occupant de ce poste, Moustapha Semdé, le mercredi 29 juillet de cette année.

Cette fois-ci, c'est la bonne. Après deux sessions extraordinaires infructueuses des autorités communales de la ville de Ouagadougou pour élire le remplaçant de Moustapha Semdé, 2e adjoint au maire de la capitale burkinabè décédé le mercredi 29 juillet 2020, la 3e fut la bonne.

Prévue pour se tenir à partir de 9h, c'est finalement autour de 11h que cette session consacrée à l'élection d'un second adjoint au maire central a débuté.

Après l'installation des premiers responsables communaux, tout est allé très vite au regard du retard déjà accusé.

C'est ainsi que le 1er adjoint au maire procède à l'appellation des conseillers municipaux des différents arrondissements pour respecter le quorum prévu par les textes lors de ce type d'élection, c'est-à-dire les 2/3 des conseillers municipaux requis pour le vote. 190 conseillers étaient présents à la grande salle de l'espace culturel Jean-Pierre Guingané sur les 251 que compte la ville.

Place est ainsi faite au plus vieux et au plus jeune conseillers pour diriger la phase d'élection, comme le prévoient les textes en la matière. C'est à ce titre que les deux conseillers municipaux désignés procèdent à l'enregistrement des candidatures.

Contre toute attente, un seul conseiller, Amadou Sana, manifeste son désir d'occuper le poste de 2e adjoint au maire de Ouagadougou.

Et c'est par acclamation qu'il fut élu comme tel. Pour Amadou Sana, nouveau 3e homme fort de la commune de Ouagadougou, sa mission consistera à poursuivre ce que son prédécesseur a engagé sur le terrain.

Au terme de la session, le maire central, Armand Béouindé, a indiqué que la loi fait obligation de remplacer le 2e adjoint au maire décédé, comme ce fut le cas. C'est à ce titre, dira-t-il, que « nous avons élu le nouveau dans un consensus général ».

Interrogé sur le report deux fois de suite de cette session censée élire un autre 2e adjoint au maire, l'élu local a expliqué que cette situation s'est produite parce que les conditions objectives n'étaient pas réunies afin que l'élection se fasse dans la sérénité.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.