Burkina Faso: Dialogue Etat/ secteur privé - Les acteurs déblaient le terrain

14 Septembre 2020

Selon le président de la délégation consulaire des Hauts-Bassins, Lanciné Diawara, tout est prêt pour la rencontre nationale Etat /secteur privé 2020.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé la première session de l'année du comité de pilotage du cadre de concertation et de dialogue Etat/ secteur privé, le lundi 14 septembre 2020 à Ouagadougou.

Les membres du comité de pilotage du Cadre de concertation et de dialogue Etat /secteur privé (CODESP) ont adopté le rapport général de la mise en œuvre des recommandations de la rencontre nationale Etat/secteur privé 2019, au cours de leur première session tenue hier lundi 14 septembre. Ils ont également discuté des perspectives pour la prochaine rencontre qui aura lieu, les 21 et 22 septembre 2020 à Bobo-Dioulasso.

La rencontre, présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a enregistré la participation de cinq autres ministres ainsi que celle des représentants du secteur privé, conduits par le vice-président, Doudou Doumbia et le président de la délégation consulaire des Hauts-Bassins de la Chambre de commerce, Lanciné Diawara.

« La tenue de cette première session du comité de pilotage constitue une étape cruciale dans le processus de déroulement des activités du CODESP 2020, au regard des orientations claires qui en résulteront relativement à la mise en œuvre diligente des recommandations et engagements et la conduite des différentes activités », a annoncé le Premier ministre dès l'entame des travaux.

A la fin de la séance de travail, le ministre du Commerce, de l'Industrie, de l'Artisanat, Harouna Kaboré, a confié que la rencontre a permis d'adopter les différents rapports, notamment le compte rendu de la session passée, le rapport général de la mise en œuvre des recommandations de la rencontre nationale Etat/secteur privé 2019.

Pour lui, elle a aussi donné l'occasion aux participants de discuter de la situation des entreprises, des projets d'investissements publics et de l'accompagnement de l'Etat pour la relance de l'économie, à travers le Fonds de relance de l'économie, mis en œuvre en association avec les structures d'appui au secteur privé.

« Nous avons, par famille de métiers, discuté de l'ensemble des problèmes et tiré les enseignements. On a pris de nouveaux engagements pour continuer à mettre en œuvre les recommandations et amélioré le dispositif », a-t-il ajouté.

En réponse à une des doléances du vice-président Doumbia, le ministre Kaboré a annoncé une évaluation du dispositif après la tenue de la rencontre nationale des 21 et 22 septembre prochains à Bobo-Dioulasso.

Le président de la délégation consulaire des Hauts-Bassins de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso, par ailleurs, président du conseil interprofessionnel des entreprises, a, pour sa part, souligné que la session du comité de pilotage a permis au secteur privé de savoir que le gouvernement est à leur écoute.

« Le Premier ministre a insisté pour que les retards constatés dans l'opérationnalisation du fonds de relance de l'économie de 100 milliards F CFA après la COVID-19 puissent être rattrapés dans les meilleurs délais », a-t-il illustré.

Pour lui, la session permet également aux acteurs du secteur privé d'aborder, avec espoir, la rencontre nationale Etat/ secteur privé, prévue la semaine prochaine.

« Nous avons trouvé un chef de gouvernement à l'écoute et prêt à créer les cadres incitatifs pour l'opérationnalisation et la création des initiatives du secteur privé »,a-t-il argumenté.

La première session du comité de pilotage, selon le Premier ministre, initialement prévue au cours du 1er semestre de l'année, s'est tenue en différé en raison de la pandémie de la COVID-19.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.