Algérie: Mégaprojet de phosphate - Un nouveau schéma de développement de 6 mds USD

Alger — Un nouveau schéma de développement, d'un montant global de six (6) milliards de dollars, réparti en trois phases, a été établi pour le mégaprojet d'exploitation du phosphate dans l'Est algérien, a annoncé mardi à Alger le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar.

En marge d'une réunion interministérielle dédiée à l'examen de ce nouveau schéma de développement du projet intégré de réalisation, exploitation, extraction et transformation de phosphate, M. Attar a fait savoir que ce schéma comprend trois phases de cinq ans chacune et concernera trois wilayas: Tébessa, Souk Ahras et Annaba.

La première phase nécessite un investissement de 3 milliards de dollars, selon lui.

Le projet consiste en la réalisation d'un complexe dédié à l'extraction et au traitement du minerai au niveau de Bled Elhadba (Wilaya de Tébessa), d'unités de transformation à Oued Kebrit (wilaya de Souk Ahras) pour la production d'acide sulfurique et d'acide phosphorique, d'autres unités à Hadjar Essoud (wilaya de Skikda) pour la production d'ammoniac, d'acide nitrique, de nitrate d'ammonium notamment ainsi que l'extension du port d'Annaba dans le cadre de l'exportation de produits finis.

De plus, le ministre a souligné que ce projet fait partie de ceux "permettant à l'Algérie de sortir de la dépendance aux hydrocarbures".

M. Attar a réaffirmé le caractère structurant de ce projet pour le développement économique du pays qui implique plusieurs secteurs et qui devrait être présenté prochainement au gouvernement pour validation.

Présent à cette réunion, le ministre des Mines, Mohamed Arkab, a fait savoir que l'exploitation du phosphate dans l'Est du pays constitue "un réel projet intégré".

Il s'agit du lancement réel de ce projet qui a souffert de plusieurs retards, a-t-il noté, ajoutant que "Sonatrach a récemment réalisé un gros effort au cours d'une période courte pour parvenir au lancement de ce projet.

A noter que cette réunion interministérielle, présidée par le ministre de l'Energie, a réuni le ministre des Mines, Mohamed Arkab, le ministre des Energies renouvelables et de la Transition énergétique, Chems Eddine Chitour, le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki, le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali et le ministre des Transports, Hani Lazhar.

Pour rappel, ce projet s'appuie sur d'importantes réserves de phosphates de plus de 2,2 milliards de tonnes, plaçant l'Algérie au troisième rang dans le monde en termes de réserves de cette importante matière première.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait récemment donné instruction pour l'exploitation de tous les gisements existants dans le pays et pour relancer les activités de prospection des réserves non exploitées.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.