Algérie: Energie - Un plan multisectoriel pour sécuriser les oléoducs

Alger — Le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar, a annoncé mardi à Alger, l'élaboration d'un plan d'action interministériel relatif à la sécurisation du réseau de transport des hydrocarbures et des installations liées à cette activité, afin de prévenir les accidents similaires à celui d'El Oued.

"Des groupes d'experts des ministères de l'Energie, de Environnement, des Ressources en eau et de l'Agriculture procéderont à l'analyse de l'ensemble du réseau de transport des hydrocarbures, d'une longueur de 22.000 kilomètres, et des installations liées à cette activité", a-t-il indiqué lors d'une réunion avec la ministre de l'Environnement, Nassira Benharrats.

Ces experts vont ensuite "élaborer un plan d'action qui permettrait d'appréhender les risques potentiels qui peuvent survenir au niveau de ces installations et d'en déterminer les causes", a-t-il ajouté.

Il a expliqué que l'analyse de ces canalisations permettra de réaliser une cartographie précise des points à risque par rapport aux ressources hydriques, agricoles et aux activités humaines.

M. Attar considère qu'il s'agit là d'un "véritable plan ORSEC anti-ruptures de pipelines".

Il a souligné par ailleurs la nécessité de tirer les leçons de l'accident d'El Oued et d'agir pour que de pareils incidents, avec tous les impacts qui peuvent en découler, ne se reproduisent pas".

Le ministre a mis en avant le rôle de son secteur "qui fait de son mieux pour assurer d'amont en aval l'énergie", dit-il, affirmant toutefois que les activités du secteur comportent des risques pour l'environnement de façon générale.

Lire aussi: Fuite de l'oléoduc OK1 à El-Oued: aucun impact sur les eaux sous-terraines

Il a, cependant, souligné qu'un accident peut survenir suite à une erreur, une négligence ou tout simplement pour des causes naturelles comme cela été le cas à El Oued où "une simple crue d'un Oued a entrainé la rupture d'un oléoduc".

Il a rappelé dans ce contexte que le Président de la République a aussitôt ordonné aux ministres de l'Intérieur, de l'Agriculture, et des Ressources en Eau et de l'Environnement de se déplacer sur le site.

Il a enfin tenu à préciser que les activités du secteur ont toujours été régies par des lois et des décrets qui imposent des obligations très strictes en matière d'évaluation des risques sur l'environnement lorsqu'il s'agit de projets d'installation de pipelines.

A rappeler que deux fuites sont survenues, début du mois en cours, au niveau de l'oléoduc OK1, la première à la sortie de la station de pompage SP2 à Djamaa, dans la commune d'El-Oued, point 190 + 200 (PK), et la deuxième au point PK 263 dans la région d'Oum Touyour, dans la wilaya déléguée d'El-M'gheir.

Après des mesures urgentes prises par Sonatrach, le pompage du pétrole brut à partir de Haoudh El Hamra vers la raffinerie de Skikda a repris, 48 heures après l'incident.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.