Sénégal: Louga - L'interprofession du niébé veut prendre le relais de PAFA/extension

Louga — Le Cadre national interprofessionnel de la filière "niébé" souhaite prendre le relais du Projet d'appui aux filières agricoles (PAFA/extension) qui va arriver à terme, afin de continuer à accompagner les producteurs, les transformateurs et les commerçants à développer davantage la filière, selon sa présidente sortante, Fatou Diouf.

"La filière est composée de trois maillons : producteurs, transformateurs et commerciaux. Notre objectif, c'est de faire en sorte de les accompagner depuis la production jusqu'à la commercialisation en passant par la transformation", a-t-elle déclaré.

Elle s'exprimait lors de l'assemblée générale élective du nouveau bureau du cadre national interprofessionnel de la filière "niébé". Au terme de l'élection, Alioune Badara Mbengue de la région de Louga a été porté à la tête de ce cadre mis en place en 2012 après une étude filière approfondie menée par le PAFA pour voir les contraintes et potentialités de cette filière porteuse et inclusive.

Dénommée "Table filière niébé" à ses débuts, la structure a changé d'appellation en 2014 pour devenir cadre national interprofessionnel de la filière.

La PAFA a accompagné ses producteurs membres dans l'amélioration de leurs productions et de la productivité. "Avant le projet, nous étions à des rendements de 400, 500 kg à l'hectare. Aujourd'hui, nous sommes à des rendements de 800 kg, une tonne et au-delà", a expliqué le spécialiste de la professionnalisation des acteurs des filières au niveau de PAFA/extension, Ibrahima Pouye.

"C'est le PAFA qui accompagnait et aidait les producteurs, les transformateurs et les commerciaux de la filière dans l'amélioration de la production, la commercialisation et les techniques de transformation. Le projet est bientôt à son terme et notre association doit prendre sa place pour continuer à jouer ce rôle", a de son côté déclaré Fatou Diouf.

Pour ce faire, le cadre national interprofessionnel de la filière niébé compte, à travers la sensibilisation, mieux se faire connaître des autres acteurs, mais également être connu et reconnu par l'Etat du Sénégal.

"Notre objectif est de poursuivre les acquis obtenus avec PAFA. Nous voulons être reconnus par l'Etat comme un cadre national interprofessionnel du niébé afin d'être impliqués dans toutes les mesures et décisions qui seront prises", a soutenu Mme Diouf.

Fatou Diouf signale que le cadre accompagne déjà les acteurs en mettant en rapport des producteurs avec des commerciaux afin de les aider à vendre leurs productions et à acheter des semences et des intrants pour pérenniser leurs activités.

"Nous mettons entre les mains des producteurs des phosphates pour augmenter leurs productions. Certains sont passés de 500 kg à une tonne", a-t-elle dit, rappelant que sa structure est reconnue sur le plan juridique et dispose d'un son siège dans la région de Diourbel.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.