Tunisie: Climat / Substances appauvrissant la couche d'ozone - La Tunisie devrait ratifier l'amendement de Kigali au protocole de Montréal en octobre prochain

Tunis — L'amendement de Kigali au protocole de Montréal relatif aux substances appauvrissant la couche d'ozone (SAO), devrait être ratifié, par le parlement tunisien, en octobre prochain, a indiqué, mercredi, à Tunis, Youssef Hammami, coordinateur de l'Unité nationale d'ozone à l'Agence Nationale de Protection de l'Environnement (ANPE).

Adopté, en juillet dernier, par le conseil ministériel, l'amendement de Kigali vise à réduire progressivement la consommation des substances hydrofluorocarbures (HFCs), a ajouté Hammami, lors d'un séminaire tenu, à l'occasion de la célébration de la journée internationale de la protection de la couche d'ozone.

Doté d'un potentiel de réchauffement global elévé, les HFCs sont des puissants gaz à effet de serre à fort pouvoir de réchauffement climatique, utilisés principalement dans les secteurs de la réfrigération, du conditionnement de l'air et des pompes à chaleur. Ils sont également utilisés dans les secteurs de la fabrication de mousses isolantes, d'aérosols ou d'équipements de protection anti-incendie. D'après le coordinateur de l'Unité nationale d'ozone, la Tunisie a déjà entamé la mise en place d'un cadre réglementaire pour la ratification de l'amendement de Kigali au protocole de Montréal.

Réunis, à Kigali, au Rwanda, en 2016, les 197 Etats signataires du Protocole de Montréal dont la Tunisie ont adopté l'amendement de Kigali qui place la production et la consommation des hydrofluocarbures (HFCs), utilisés comme réfrigérants, sous le contrôle du Protocole de Montréal.

Ce protocole, rappelle-t-on, vise l'élimination la protection de la couche d'ozone par l'élimination graduelle à l'échelle mondiale des substances appauvrissant la couche d'ozone dont les hydrochlorofluorocarbones (HCFC) et les chlorofluorocarbones (CFC) .

Pour conclure, l'amendement de Kigali va permettre à la population mondiale de réduire d'environ 85% son utilisation en hydrofluocarbures, et ce, d'ici 2050. Cette réduction progressive de la consommation mindiale d'HFCs permettrait d'éviter jusqu'à 0,5°c de réchauffement. MBA

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.