Congo-Brazzaville: Session parlementaire de septembre - Jean-Pierre Bemba bat le rappel de ses troupes

Le président du Mouvement de libération du Congo a donné des directives claires aux élus de son parti politique.

La réunion tenue le 14 septembre 2020, à la veille de la rentrée parlementaire de septembre, à Kinshasa avec les députés et sénateurs de son parti était une occasion pour le président du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo, de donner des directives à observer durant cette session parlementaire ouverte le 15 septembre 2020 au Sénat et à l'Assemblée nationale.

« À l'issue de cette rencontre, le président national du MLC a rappelé aux élus les directives sur la ligne de conduite du parti. Quelques orientations ont été données aux élus MLC », a fait savoir la secrétaire générale du MLC, Eve Bazaïba Masudi, dans un communiqué publié à cet effet.

A en croire la secrétaire générale du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo a insisté sur la préservation des acquis de la constitution de la RDC ainsi que la contribution utile des élus de son parti à la construction d'un débat démocratique, en faisant triompher l'idéal et les valeurs du MLC. L'ancien vice-président de la République a également dit attendre des députés et sénateurs de sa formation politique de ne pas transiger avec la réforme du système électoral qui doit porter en elle le devoir de redevabilité assorti des sanctions, l'inclusivité, ainsi que la transparence dans la gestion de la centrale électorale.

La session de septembre étant essentiellement budgétaire, les élus MLC sont également appelés à « veiller à la reddition exhaustive des comptes et contribuer significativement à l'adoption d'un budget social, veiller à ce que le budget accorde les crédits nécessaires aux forces de défense pour combattre efficacement l'insécurité récurrente dans l'Est du pays ». Le président national du MLC a, enfin, invité les députés et sénateurs membres de son parti politique ou élus dans ses listes, à cultiver la pratique du débat dans les groupes parlementaires et à mener des initiatives parlementaires concertées.

Et Joseph Kabila signa sa rentrée politique

A l'ouverture de cette session, les sénateurs ont vu un de leur, le sénateur à vie, Joseph Kabila, l'ancien président de la République et autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC), dont la présence est sa première participation aux travaux de son institution, la chambre haute du Parlement.

Pour de nombreux observateurs, cette présence de Joseph Kabila dans l'hémicycle est un signal fort donné par sa plate-forme politique, indiquant que, désormais, plus rien ne sera laissé au hasard.

On se rappellera que depuis la passation de pouvoir avec son successeur, l'ancien président de la République, Joseph Kabila, ne s'affichait plus sur le plan politique. D'aucuns avaient même dit qu'il avait préféré laisser la politique active pour travailler par ceux qui lui sont restés fidèles. Cette présence au Sénat signe le début d'une autre ère au cours de laquelle chacun devra jouer sa partition.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.