Maroc: Le Groupe socialiste sur tous les fronts

16 Septembre 2020

La députée ittihadie, Ibtisam Merras, a adressé une question orale à Khaled Ait Taleb, ministre de la Santé, dans laquelle elle l'a interpellé sur le sort de l'indemnisation décidée au profit du personnel du secteur de la santé qui était en première ligne dans la lutte contre le Covid-19.

La députée du Groupe socialiste à la Chambre des représentants a affirmé qu'«après la décision prise par le ministère de la Santé consistant à verser des indemnités aux médecins, aux infirmiers et au personnel du secteur de la santé qui étaient en première ligne dans la lutte contre le Covid-19 en vue de récompenser leurs efforts et les énormes sacrifices qu'ils ont consentis depuis le début de la crise sanitaire au Maroc, ainsi que les circonstances difficiles dans lesquelles ils travaillent»; décision qui a été accueillie avec satisfaction par cette catégorie de personnel, elle a été néanmoins surprise par sa non-application. Ibtisam Merras a donc demandé au ministre de clarifier les raisons pour lesquelles ces indemnités n'ont pas été versées à ceux qui les méritent. Elle a également interpellé le ministre sur les critères d'éligibilité qui seront retenus pour le versement de ces indemnités.

Le député du Groupe socialiste, Cherkaoui Znaidi, a, quant à lui, interpellé Khalid Ait Taleb à propos des licences accordées à certains laboratoires du secteur privé pour effectuer des tests de dépistage du type PCR Il a, dans ce cadre, demandé l'augmentation du nombre de ces laboratoires en justifiant son appel par «les indicateurs élevés de cas d'infection et l'augmentation du nombre de contacts, les mesures préventives qui imposent d'effectuer des tests avant de reprendre le travail que ce soit dans le secteur public ou privé et par le fait que notre pays dispose d'un groupe de laboratoires privés qualifiés pour effectuer pareilles analyses dans le strict respect des conditions de sécurité sanitaire et biologique».

Par ailleurs, le Groupe socialiste a souligné que la pandémie de Covid-19 et les mesures d'urgence sanitaire adoptées par le Maroc ont affecté de manière significative les activités culturelles et artistiques, ce qui a eu un impact négatif sur la situation financière de nombreux créateurs qui se sont retrouvés dans une situation de «chômage forcé». Pour cette raison, il a appelé le ministre de la Culture, Othmane El Firdous, à tenir une réunion de la commission de l'éducation, de la culture et de la communication pour débattre des perspectives de reprise de ces activités culturelles dans notre pays après la longue interruption due à la pandémie.

Pour sa part, Saidia Bensahli, membre du Groupe socialiste, a adressé une question orale à Said Amzazi, ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et porte-parole du gouvernement, sur les mesures visant à garantir une meilleure rentrée scolaire pour les enfants autistes. La députée socialiste a indiqué dans sa question que «compte tenu de la situation épidémiologique et de ses répercussions à différents niveaux, en particulier pour le secteur de l'éducation et de la formation, le ministère a pris une série de mesures proactives pour garantir la rentrée scolaire et universitaire».

Elle a toutefois mis en garde contre l'exclusion d'«un groupe important de personnes du bénéfice de la scolarité dans le cadre de l'équité et de l'égalité des chances. Ce qui a créé une vague de mécontentement généralisé parmi les familles qui souffrent d'autant plus avec leurs enfants autistes, que l'enseignement présentiel demeure l'option éducative la plus appropriée à leur situation et à leurs besoins psychologiques, mentaux et cognitifs». Pour cela, Saadia Benshli a appelé le ministre à décliner et à préciser les mesures et solutions urgentes qu'il a prises ou qu'il compte prendre pour garantir le droit à l'éducation de cette catégorie au cours de cette année scolaire.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.