Sénégal: Guéguerre entre ténors de l'opposition - Les prémices d'une implosion

16 Septembre 2020

Entre Ousmane Sonko et d'autres leaders de l'opposition, c'est la guerre. La raison, la dernière sortie du leader de Pastef reniant aux autres responsables hostiles au régime la qualité d'opposants. Les jalons d'une implosion ne sont-ils pas posés ?

L'opposition sénégalaise va-t-elle vers une implosion profonde ? On est tenté de donner une réponse positive eu égard aux déclarations par presse interposée de figures de la contestation contre le régime du président Macky Sall.

Tout est parti de la dernière sortie du leader de Pastef, Ousmane Sonko qui, s'érigeant « en sauveur du peuple », s'est attaqué aux autres responsables de l'opposition « ils sont tous heureux de serrer la main du Président Macky Sall dont le projet de réduire l'opposition à sa plus simple expression demeure », lance-t-il contre Idrissa Seck et les autres ténors de l'opposition depuis Ziguinchor où il séjourne.

Une sorte de campagne dans les réseaux sociaux positionnant Ousmane Sonko comme leader du peuple accompagne la sortie de l'ancien inspecteur des Impôts et des Domaines.

Les résultats de la dernière élection présidentielle qui le place derrière le président du Conseil départemental de Thiès ne semblent pas baisser l'ardeur des militants de Pastef. Ils semblent réduire à néant les autres responsables de l'opposition.

Gênés par ce que beaucoup d'opposants considèrent comme un manque de considération, le leader de « Geum Sa Bopp », Bougane Guèye a apporté une cinglante réplique. « Ousmane Sonko, vous avez une mémoire trop courte », a martelé le président du groupe D-media.

« Frappé par le Corona-prétention et la paludisme de la mémoire courte, Ousmane Sonko a certainement oublié qu'il est à l'origine de la suspension du signal de Sen Tv au soir du 31 décembre 2019 », a-t-il rappelé au leader de Pastef. M. Guèye se demande « pourquoi et comment de tels propos envieux » ont-ils pu sortir de la bouche de Ousmane Sonko.

Bougane Guèye a aussi fait une remarque qui va visiblement à ceux qui plaident contre une politisation de la misère des populations.

A l'instar de beaucoup d'autres responsables politiques, le président de « Gueum sa bopp » a débarqué dans les zones inondées avec des motopompes et d'autres moyens logistiques pour aider les sinistrés, mais tel n'a pas été le cas pour son « camarade » de l'opposition.

« Pourquoi ne peut-il pas offrir cinq litres de carburant aux populations sinistrées que de verser dans le concert de la parole sans retourner sept fois sa langue ?, s'interroge-t-il. « En tout cas en 2012, les Sénégalais ne connaissaient pas encore Ousmane Sonko.

Et, lors des inondations de cette année, en 3 jours, à travers la fondation, j'avais pu mobiliser près de 500 millions francs CFA pour le seul bénéfice des populations sinistrées », ajoute M. Guèye.

Nombre d'observateurs du terrain politique pensent que cette guéguerre va continuer. En effet, les relations entre les responsables de Pastef et les autres opposants ont toujours été marquées par la tension. Le dernier communiqué publié par Ousmane Sonko et Cie illustre cette tension.

Ils ont démenti les propos selon lesquels « Pastef » manœuvre au sein du Front de résistance nationale pour faire de Abdoulaye Wade, le chef de l'opposition.

Pastef n'a pas hésité récemment à critiquer le silence d'Idrissa Seck. La campagne électorale de la présidentielle de 2019 a été aussi marquée à un certain moment par d'échanges de propos aigre-doux entre les militants de Rewmi et ceux de Pastef.

Les deux camps ont été départagés par le verdict des urnes avec la seconde place occupée par Idrissa Seck dernière Macky Sall et devant Ousmane Sonko.

En tout cas, ces divisions feront visiblement l'affaire du pouvoir. Après avoir rencontré récemment la conférence des leaders de Benno Bokk Yaakar, Macky Sall remobilise ses troupes et son gouvernement. Il est annoncé dans le centre du pays pour une reprise des tournées économiques.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.