Sénégal: Infanticide - L'élève aurait poignardé son bébé et mis l'enfant dans son sac

16 Septembre 2020

Le parquet a requis, hier, 10 ans de réclusion criminelle contre l'accusée A. Wade, attraite à la barre de la Chambre criminelle de Dakar pour infanticide.

Élève studieuse, A. Wade faisait la fierté de ses parents. La nouvelle bachelière qui a finalement réussi après deux ajournements, est depuis lors incarcérée pour infanticide.

En fait, courant 2017, alors qu'elle était en classe de terminal, l'élève a été mise enceinte par un basketteur qui l'a ensuite abandonnée. Dissimulant sa grossesse, sa mère qui a fini par la découvrir lui a fait faire un test de grossesse. Selon l'accusation, la prévenue aurait faussé les résultats.

Ainsi, le 5 janvier 2017, elle a accouché seule, dans les toilettes de la maison familiale. Elle a, par la suite, d'après la procédure, poignardé l'enfant et l'a mis dans son sac d'écolière. Puis, elle a enfilé sa blouse tout en faisant croire à sa mère qu'elle se rendait à l'école.

Seulement, en cours de route, prise de vertiges, elle a été accueillie dans une maison voisine. Sa mère appelé à la rescousse, a finalement découvert le bébé dans le sac de sa fille, trahie par son téléphone qui a sonné dans le sac.

Évacué, l'enfant est décédé trois jours après. Puisque celui-ci portait une blessure à l'abdomen, la jeune mère a été arrêtée et placée sous mandat de dépôt pour infanticide.

Face aux juges de la Chambre criminelle de Dakar, A. Wade a réitéré son système de défense selon lequel, elle a blessé son nouveau-né par mégarde, en coupant le cordon ombilical.

«J'ai provoqué la blessure mais mon intention n'était pas de le tuer car je voulais qu'il grandisse. J'ai caché la grossesse par pudeur », s'est défendu l'accusée.

Malgré l'insistance des magistrats, elle a allégué avoir mis l'enfant dans le sac pour le conduire à l'hôpital car le placenta n'était pas encore expulsé. «J'ai agi par peur. D'ailleurs, je n'avais pas fermé le sac », a-t-elle ajouté.

Les deux sages-femmes entendues comme témoin ont confirmé l'existence de la blessure à l'admission du bébé au Roi Baudouin.

«Comment des ciseaux utilisés pour couper un cordon ombilical ont-ils pu s'enfoncer dans une partie éloignée de cette partie du corps? », s'est interrogé le procureur qui estime que A. Wade avait l'intention de donner la mort.

Ainsi, il a requis une peine de 10 ans de réclusion criminelle. La défense a plaidé l'absence de preuve arguant que la mort de l'enfant est liée à un problème de prise en charge. Le verdict sera connu le 3 novembre.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.