Madagascar: Jesosy mamonjy Ambatondrzaka - Quatre frères meurent dans une fosse perdue

La vidange de la fosse perdue d'une église a mal tourné. En allant récupérer du matériel dans un puits de réception en train de se remplir de déjection, un vidangeur a trouvé la mort. Ses trois frères ont péri en volant à son secours.

Tragédie à l'église Jesosy Mamonjy à Ambohimiangaly Ambatondrazaka. Quatre frères ont trouvé la mort dans une fosse perdue. Le drame s'est produit dans la matinée d'hier aux alentours de 9 heures. En revanche, leurs dépouilles couvertes d'immondices n'ont pu être remontées qu'en fin de matinée vers 11h30. Les défunts étaient des vidangeurs. Leur famille est effondrée après cet accident de travail. Les renseignements sur leur identité complète ne sont pas encore communiqués. Répondant aux noms de Dahery, Tsily et Rivo, trois malheureux frères travaillaient avec leur cousin Dahy lorsque la mort les a happés.

De source auprès de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale d'Ambatondrazaka, chargée de l'enquête, le manque de matériel adéquat à pareille intervention a conduit les quatre frères à leur perte.

Spécialisés dans la conception de puits et l'installation de fosses sanitaires, avec des moyens rudimentaires et le travail physique, les quatre frères, emportés par la mort dans la force de l'âge, s'étaient fait un nom dans ce dangereux métier. Comme la fosse perdue de l'église Jesosy Mamonjy d'Ambohimiangaly n'était plus opérationnel, ils avaient été chargés d'en effectuer la vidange.

Imprudence

L'équipe avait déjà préparé au fil des jours le puits de vidange, profond d'environ 18 mètres, ainsi que le couvercle en daleau. Hier en début de matinée, ils étaient en train de procéder à la vidange proprement dite en connectant en contrebas la fosse perdue remplie avec le puits de réception, lorsque l'opération a viré au cauchemar.

Alors qu'un flux commençait à s'échapper dangereusement, Dahery, l'un des frères s'était soudainement rendu compte qu'il avait oublié du matériel dans le trou de réception. Son sort fut scellé dès qu'il décida de redescendre pour récupérer l'outil. «

Du gaz suffocant produit par la décomposition des déjections qui remplissaient la fosse viciait l'air du puits de transfert dès que l'opération a commencé. Probablement inconscient du danger qui le guettait, le jeune homme a commis l'irréparable en y descendant à ce moment, sans masque à gaz », se désole le commandant de compagnie.

Ayant réalisé qu'il avait perdu connaissance, ses deux frères désemparés, Tsily et Rivo, ont tenté de le secourir pour tenter de l'arracher à la mort. Au final, ils ont partagé son sort tragique. Voyant ses cousins ayant perdu connaissance et piégés dans un puits en train de se remplir à toute vitesse d'immondices qui pouvaient les ensevelir à chaque instant qui passait, Dahy a à son tour affronté la mort en les rejoignant. Une erreur de plus qui s'est avérée fatale.

Alertée aux alentours de 9h30 par le chef fokontany d'Ampasambazimba, la gendarmerie s'est dépêchée sur place. Faute de disposer de matériel approprié, il lui a fallu solliciter l'intervention du démembrement du ministère de la Santé pour fournir les masques à gaz, primordiaux pour l'intervention. Celle-ci a duré une heure et demie. Vers 11h30, les corps inertes des quatre vidangeurs ont été tous remontés.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.