Egypte: L'Etat cherche à former les jeunes pour leur donner des chances sur les marchés du travail local et étranger

L'Etat cherche à former les jeunes pour leur donner des chances sur les marchés du travail local et étranger, a affirmé mercredi 16 sept 2020 le président Abdel Fattah Al-Sissi dans une allocution lors de l'inauguration de l'université égypto-japonaise à Alexandrie.

Les nouvelles universités et spécialisations se concentrent sur les opportunités de travail non seulement dans le pays mais aussi aux échelons régional et mondial, a fait savoir le chef de l'Etat.

Le secteur des TIC en Egypte connaîtra une croissance plus grande, car il sera fondé sur la libre concurrence et l'efficacité, il ne sera plus possible pour quiconque de prendre la place d'un autre ou de travailler avec quelqu'un d'inefficace ou ne remplissant pas les qualités requises, a indiqué le président.

En tant qu'Etat, nous investirons dans ce domaine avec force car nous avons beaucoup de jeunes prometteurs que nous travaillons à préparer et à former pour le marché du travail, a renchéri M. Al-Sissi, ajoutant que les frais assumés par le pays pour former un jeune allait de 3000 à 100 000 livres mais qu'il était prêt à dépenser des milliards à cet égard.

Al-Sissi a appelé à sensibiliser les familles et les jeunes à l'importance de s'inscrire aux nouvelles spécialisations et de ne pas craindre d'étudier les nouvelles sciences qui "nous permettront d'être prêts à répondre aux demandes du marché du travail", jugeant impératif de façonner une génération compétente, dotée d'une éducation de qualité et d'un comportement sain et non extrémiste, a repris le président.

C'est ce que recherchent d'ailleurs les pays européens dans les travailleurs étrangers pour combler leur croissance démographique déficiente sans devenir la proie du terrorisme, de l'extrémisme et de l'instabilité, a détaillé M. Al-Sissi.

Concernant l'initiative "Construction de l'Egypte numérique", le président a exigé que la durée de celle-ci soit réduite à une année au lieu de deux prévues initialement (la première pour l'étude d'une spécialisation et la deuxième pour l'apprentissage d'une langue), pour ne pas qu'un étudiant fraîchement gradué ait à subir deux années d'études supplémentaires.

Des lieux de résidences et des classes seront assurés, pendant cette année d'études, à seulement mille étudiants capables de suivre ce niveau avancé d'études supérieures, a-t-il précisé.

Des pays voisins ont su nous devancer dans le domaine de l'intelligence artificielle et nous cherchons actuellement à y parvenir à une position avancée, a-t-il dit, ajoutant que cette initiative permettra d'engendrer des étudiants capables de concurrencer sur le marché du travail mondial.

A La Une: Egypte

Plus de: Egypt Online

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.