Cameroun: Littoral - La corruption a la peau dure

La région, classée dernière au niveau national par la Conac, doit fournir plus d'efforts contre le fléau.

L'information a été rendue publique par l'honorable Norbert Mbile, représentant du président de la Conac à l'atelier d'évaluation de l'exécution du plan d'action régional 2018 de lutte contre la corruption, ouvert à Douala ce 16 septembre. « La région du Littoral est celle qui a le moins bien implémenté son plan d'action régional de lutte contre la corruption », a fait savoir Norbert Mbile. D'après les chiffres officiels, les efforts fournis jusqu'ici par la région se situent en deçà de la moyenne qui est de 50% du taux d'exécution du plan d'action élaboré. Ce taux d'exécution est évalué à plus de 23% en 2015 ; plus de 25% en 2016 et près de 30% en 2017.

« Ces chiffres récoltés et consolidés montrent que la région du Littoral fait très peu d'efforts en vue d'inciter les citoyens à la probité ; surtout dans un environnement essentiellement tourné vers les activités économiques et où la fièvre de l'enrichissement semble endémique », a souligné le représentant du président de la Conac. L'instance de lutte contre la corruption a cependant reconnu qu'elle n'avait pas été en mesure d'être présente aux côtés de la région du Littoral pour l'exercice d'évaluation des activités courant 2018-2019 pour des raisons indépendantes de sa volonté. D'où les remerciements adressés au gouverneur du Littoral Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, pour les efforts consentis entre-temps dans le cadre de la lutte contre ce fléau.

Pour les services du gouverneur représentés par l'inspecteur général Aboubakar Njikam, l'évaluation de l'action publique dans la lutte contre la corruption est un outil d'aide à la décision qui agit comme un principe actif de cette lutte. « C'est la raison pour laquelle nous regrettons que la Conac n'ait pas été à nos côtés durant la période 2018-2019. Qu'à cela ne tienne, l'atelier de cette année marque la relance de ces activités. Il va permettre de remobiliser tous les acteurs dans le sens de la réalisation des objectifs escomptés », a indiqué l'inspecteur général des services du gouverneur.

Pour divers acteurs, l'intensité de l'activité économique dans la région est un facteur limitant dans la lutte contre la corruption. Un facteur qui n'excuse pas les acteurs du Littoral, selon Aboubakar Njikam, qui a recommandé aux participants de saisir l'occasion offerte par l'atelier d'évaluation pour redoubler d'ardeur au travail afin de renverser durablement la tendance actuelle. Les travaux qui s'achèvent ce 17 septembre aboutiront à l'élaboration du plan d'action régional 2020-2021 de lutte contre la corruption.

A La Une: Corruption

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.