Congo-Kinshasa: Lucha et Filimbi dans la rue ce vendredi 18 septembre

lephareonline
Mouvement citoyen Filimbi

Après leur dernier sit-in bien qu'empêché par les agents de l'ordre devant l'ambassade du Rwanda à Kinshasa pour exiger le départ de l'ambassadeur du Rwanda en RDC, Vincent Karega, les mouvements citoyens Lucha et Filimbi se décident de passer à la vitesse supérieure.

Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, ces mouvements citoyens ont annoncé l'organisation d'une nouvelle marche pacifique ce vendredi 18 septembre, cette fois-ci pour exiger non seulement le départ de Vincent Karega du sol congolais, mais aussi pour dire non à l'arrivée du Président Rwandais, Paul Kagame, à Goma dans la province du Sud-Kivu dans le cadre du mini-sommet des Chefs d'Etat africains convoqué par le président Félix Tshisekedi.

«Nous restons déterminés et mobilisés jusqu'au départ de l'ambassadeur Karega, il en va de notre dignité en tant que peuple mais également pour honorer les millions de morts massacrés par l'armée rwandaise et ses complices congolais depuis 1996. L'objectif n'étant pas encore atteint, nous tenons à informer la population congolaise de la poursuite des actions citoyennes et annonçons l'organisation d'une marche pacifique vendredi 18 septembre 2020, dont le point de chute sera le ministère des Affaires Etrangères afin d'y déposer un memo», lit-on dans leur déclaration.

Dans la même optique, bien que le sommet des Chefs d'Etat soit renvoyé à une date ultérieure, ces mouvements citoyens s'opposent sous toutes ses formes à l'arrivée du président Rwandais sur le sol congolais. Et de ce fait, ils appellent la population de Goma à une mobilisation massive afin de manifester ce refus.

Par ailleurs, LUCHA et Filimbi ont également dans leur communiqué rappelé aux autorités de la République Démocratique du Congo, leurs responsabilités en tant que telles, tout en sollicitant le concours de la police nationale congolaise pour l'encadrement de cette manifestation, qui du reste est pacifique.

« Nous rappelons aux autorités qu'elles ont l'obligation de protéger les citoyens congolais qui manifestent et non faire preuve de brutalité envers eux. Aux policiers, nous leur rappelons que nous sommes des frères, et les causes pour lesquelles nous nous mobilisons les concernent également », ont-ils conclu.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.